Diversité sociale : Carrefour se bat contre l’illettrisme

|
Ange Ciappara, responsable des relations sociales de Carrefour France,
et Pascal Monin, DRH Carrefour Hypermarchés France de Carrefour
Ange Ciappara, responsable des relations sociales de Carrefour France, et Pascal Monin, DRH Carrefour Hypermarchés France de Carrefour© PHOTOS sylvie humbert

À l’heure du digital et des nouvelles technologiques, les métiers de la grande distribution montent en compétence. Or, comme tous les distributeurs, « nous embauchons beaucoup de personnes qui ne sont jamais allées à l’école », indique Isabelle Calvez, DRH de Carrefour. Pour aider des salariés, mais aussi des cadres qui ne maîtrisent pas bien la langue de Molière, le groupe a lancé un programme nommé Évolupro. Cette formation s’étale sur neuf mois, à raison de sept heures par semaine, et coûte en moyenne 1 500 € par personne bénéficiant de ce programme. L’objectif : lire, écrire et surfer sur internet afin d’être autonome au quotidien. Les employés peuvent s’inscrire sur le lieu de vente grâce à une campagne relayée en magasins. Les premiers tests ont été menés dans quatre points de vente franciliens en 2008 avant d’être étendus à 181 autres surfaces de vente. « Ce prix est important, assure Amélie Vidal-Simi, PDG de Henkel France et membre du jury. Cela montre que la grande distribution a encore la vocation d’ascenseur social et qu’elle a un rôle sociétal à jouer. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2382

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous