Dizolve continue de défier les lessiviers

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier CATÉGORIE entretien Arrivées l’année dernière chez Casino, les feuilles de lessives Dizolve ont étendu en un an leur distribution. Et l’entreprise DGK, qui les distribue, les adapte pour avoir plus de poids en rayon.

On a beau avoir une réelle innovation de rupture, quand trois fabricants totalisent plus de 80% des étagères, la place est petite pour les nouveaux arrivants. Même s’ils se glissent partout! Débarquées du Canada, les feuilles de lessive Dizolve constituent une innovation assez fine : quelques millimètres d’épaisseur. Le gain de place est considérable pour les citadins. En cela, « c’est une innovation vraiment orientée consommateur », estime Patrice Quinqueneau, consultant et membre du jury des Trophées.

Nous devons être bien situés en rayon, près des lessives, généralistes pour que les consommateurs comprennent que si la technologie est différente, le produit reste une lessive!

Daniel Grimard, directeur commercial de DGK

Atout écologique

Nouveaux gestes, nouvelle texture… La feuille de lessive se veut aussi écologique. Elle consiste en une sorte de compaction à l’extrême. Mais plutôt que de le réduire, le flacon, ici, disparaît. Gain de place en transport, et de matière plastique. « Autant de bonnes choses pour le bilan carbone », estime Patrice Quinqueneau. Mais l’avantage écolo de Dizolve ne se limite pas au packaging. « Nos feuilles et leurs emballages sont totalement biodégradables », assure Daniel Grimard, directeur commercial de DGK, la PME française importatrice de Dizolve. DGK mise beaucoup sur ce produit déniché dans un salon néerlandais. Si la marque n’a pas encore des ventes moyennes hebdomadaires (VMH) égales aux grands du secteur – considérables–, le groupe espère bien valoriser sa technologie. Dizolve est déjà disponible dans toutes les enseignes, excepté Monoprix et Système U. Et après une première campagne TV cet été, une autre suivra début 2013.

 

Des améliorations

Le groupe n’hésite pas non plus à se remettre en cause et à adapter son produit. Notamment le packaging, dont la clarté est brouillée par une masse d’informations importante – essentiel pour une innovation de rupture! Point sur lequel le jury s’accordait. Alors, comme si DGK anticipait la réaction, « un nouvel emballage a été mis au point », note Daniel Grimard. Il dispose d’une fenêtre transparente, pour que les clients puissent « se rincer l’oeil» en admirant les feuilles à l’intérieur et a été réorganisé pour davantage de visibilité. Enfin, pour donner plus de senteur à ces produits, DGK travaille avec un parfumeur afin de développer une fragrance plus forte mais toujours biodégradable. Quant à la technologie intrinsèque de lessive en feuille, elle ne devrait pas laisser indifférentes certaines MDD…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA