Doctipharma vise 2 200 officines clientes d’ici 5 ans

|

Doctissimo lance Doctipharma, un site internet de vente de médicaments sans prescription obligatoire et de produits de parapharmacie. Les officines y vendent en direct leurs produits, profitant du savoir-faire digital et du trafic de Doctissimo, premier site français sur les questions de santé. Stéphanie Barré, sa directrice générale, répond à nos questions.

Stéphanie Barré, directrice générale de Doctipharma compte rassembler 10% des 22 000 officines françaises d'ici 5 ans.
Stéphanie Barré, directrice générale de Doctipharma compte rassembler 10% des 22 000 officines françaises d'ici 5 ans.

C’était le dernier bastion à résister à l’appel du e-commerce. Pour des questions légales levées en décembre 2012, la vente de médicaments en ligne n’était pas possible, sauf à passer par des sites étrangers et risquer d’acheter des contrefaçons. Depuis, le débat fait rage entre les pharmaciens et les grands distributeurs comme E. Leclerc élargir encore ce périmètre. En donnant la possibilité à des pharmaciens d’ouvrir leur boutique en ligne via Doctipharma, le site édité par Doctissimo (filiale du groupe Lagardère Active) rejoint les 112 sites déjà existants et référencés par l'ordre des pharmaciens, mais se place surtout en bonne position pour s’assurer à court terme une belle part des 9 milliards d’euros annuels de chiffre d’affaires réalisés par ce secteur. Avec la restriction d'une seule boutique en ligne par officine, la bataille entre les plateformes risque de s'intensifier.

LSA : Pourquoi créé une nouvelle plateforme de vente en ligne pour les pharmaciens ?

Stéphanie Barré : Ce n’est pas leur métier. L’e-commerce représente des investissements en temps et en argent et Doctissimo, qui est un expert dans le domaine du digital, a souhaité les accompagner dans ce nouveau métier. Doctipharma assure ainsi aux internautes la provenance des médicaments, ce qui d’autant plus important pour un secteur qui a subi de nombreux problèmes de contrefaçon. Et nous leur apportons une caution, l’assurance d’un conseil, et confidentialité des données. Aux pharmaciens, nous apportons aussi une caution, mais également un savoir-faire en termes de SEO par exemple.

LSA : Quel est votre modèle économique ?

Stéphanie Barré : Le modèle économique est basé sur un abonnement fixe mensuel et une rémunération variable en fonction du volume d’affaires en Parapharmacie pour prendre en compte le taux d’utilisation des services techniques de Doctipharma.

LSA : Ce site fonctionne comme une place de marché, mais ne peut être qualifié comme tel puisque vous ne vendez pas vous-même de produits. Jusqu’où intervenez-vous dans la partie logistique ?

Stéphanie Barré : Les pharmacies ont la main sur la logistique. Ils déterminent s’ils font payer ou pas la livraison, s’ils offrent la possibilité aux acheteurs de venir retirer les médicaments dans leur officine. Mais sur ce point, il n’y a pas besoin de les convaincre, ils sont déjà dans l’esprit du site qui est d’apporter un maximum de services. D’ailleurs, l’algorithme qui gère les listes de résultats d’une recherche ne prend pas que le prix en compte. Cette notion de service est essentielle !

LSA : Quels sont vos objectifs sur ce marché de plusieurs milliards d’euros ?

Stéphanie Barré : Nous comptons sept pharmacies parmi nos clients aujourd’hui et notre objectif est de mailler le territoire national et d’atteindre les 10% des 22.000 officines françaises comme clientes d’ici 5 ans. Le marché que nous adressons est évalué à 9 milliards d’euros par an, 7 pour les produits de parapharmacie, et 2 pour les médicaments à prescription facultative. A ce jour, seul 2% passe par le commerce électronique, mais ce chiffre atteint déjà 8 à 10% en Allemagne ou au Royaume-Uni, deux pays où ce système est implanté depuis plusieurs années.

LSA : Comment répondez-vous à la notion de mobilité des internautes ?

Stéphanie Barré : Notre site est conçu pour être web responsive, mais ne l’est pas encore. L’application disponible ne permet pour l’instant que de consulter les horaires des officines physiques, mais nous avons vocation à déployer l’ensemble de nos services sur les outils mobiles très rapidement.

Propos recueillis par G. B.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message