Doudou et Compagnie : "Nous lancerons prochainement des doudous... pour adultes !" [Interview]

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

INTERVIEW Après une bonne année 2015 et un début 2016 également en croissance, Doudou et Compagnie fourmille de projets pour ce second semestre. Et le leader français du doudou réserve bien des surprises. Le point avec Alain Joly, son fondateur.

Alain Joly, fondateur de Doudou et Compagnie, mise en 2016 sur une croissance de 6% de son chiffre d'affaires.
Alain Joly, fondateur de Doudou et Compagnie, mise en 2016 sur une croissance de 6% de son chiffre d'affaires.© Doudou et Compagnie

Inventeur du doudou carré en 1999, Doudou et Compagnie continue à vouloir bouger les lignes dans le - très - sage univers du doudou et de la peluche traditionnelle. Preuve, selon Alain Joly, son fondateur, qu'il est possible d'innover et d'animer un marché pourtant peu sensible aux aléas des modes et des licences. Interview.

LSA - Quel bilan tirez-vous de l'année 2015 et de ce début 2016 pour Doudou et Compagnie ?

Alain Joly - L'an dernier, nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros, en hausse de 3%. Nous tablons cette année sur une hausse de nos ventes de 6% et devrions atteindre 16 millions d'euros. Nous avons réalisé 20% de nos ventes à l'export en 2015 et ce chiffre devrait atteindre 25% cette année avec la création d'une filiale en Allemagne. Pour gagner de la croissance sur un marché très peu sensible aux phénomènes de mode et aux licences, nous travaillons sur deux principaux axes : la créativité autour de nos produits et la théâtralisation de notre offre en magasins.

En effet, Doudou et Compagnie n'est pas une marque génératrice de trafic, comme peuvent l'être d'autres marques de jouets, mais aujourd'hui, les consommateurs reviennent aux classiques rassurants. Nous faisons notre travail de marque leader en animant le marché avec le lancement régulier de nouveaux coloris et collections et en mettant l'accent sur la théâtralisation de notre offre via, notamment, des corners et notre "arbre à doudous" : quand notre marque développe sa visibilité, nos ventes peuvent progresser jusqu'à 30% ! Il faut créer de la dynamique autour d'un produit qui, traditionnellement, ne l'est pas car il doit d'abord être rassurant.

LSA - En termes d'offre, comment se structurent vos gammes aujourd'hui ?

A. - J. - Nos gammes couvrent à peu près tous les besoins du trousseau, du sommeil à la décoration. Nous disposons de trois marques : Doudou et Compagnie, Histoire d'Ours et Baby Nat. Cette dernière marque, destinée au rayon textile des GSA représente environ 25% de notre chiffre d'affaires et vise à proposer des produits de qualité mais à des prix accessibles : nous ne voulions pas faire de sélection par le prix de nos consommateurs. Histoire d'Ours est positionné sur la peluche traditionnelle. Un axe porteur auprès de notre socle de clientèle, les 25-40 ans, qui souhaitent aujourd'hui retrouver les produits de leur jeunesse, tels le classique ours en peluche. 

Du côté de Doudou et Compagnie, nous voulons repositionner notre marque sur le très haut de gamme pour la fin d'année. Nous avons réédité en mars dernier notre doudou d'origine, copie de celui sorti en 1999, et baptisé Original 202, tout simplement car il s'agissait à l'époque du numéro de la référence. Nous avons également élargi notre gamme de poupées de chiffon, lancées il y a cinq ans, avec l'arrivée en mai d'une tête à coiffer. Aujourd'hui, nous réalisons 25% de notre chiffre d'affaires en poupée, toujours avec un fort souci du packaging : pour Doudou et Compagnie comme pour Histoire d'Ours, le packaging (boîtes, valisettes...) représente un tiers du prix. Nous innovons également avec le lancement, cet été, d'une toute première gamme de doudous pour adultes, qui sera présentée fin août sur le prochain salon Maison et Objet. Bien sûr, nous ne souhaitons pas aller trop loin car le doudou reste un classique. Nous le voyons surtout comme un clin d'oeil envers nos consommateurs. 

LSA - En termes de trade marketing, quels sont vos projets ?

A. - J. - Aujourd'hui, nous travaillons avec plusieurs réseaux de spécialistes : la puériculture et le jouet à hauteur d'environ 45% chacun et 10% dans les boutiques de cadeaux. Nous avons déjà implanté chez certains spécialistes des "shop in the shop" avec notre fameux "arbre à doudou" : un arbre en bois blanc, très qualitatif, permettant de mettre les produits en avant. C'est un investissement important pour nous (entre 300 000 et 500 000€) mais notre ambition est de développer une centaine de corners de 9 à 24m² selon le potentiel du magasin, chez nos revendeurs d'ici la fin de cette année. Quand nos produits sont présents et bien mis en avant, l'accélération des ventes est mécanique.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA