Doux devra payer des arriérés de salaire dus aux temps de pause

|

Le tribunal de grande instance de Quimper a ordonné au groupe volailler Doux le paiement d'arriérés de salaire à 600 salariés assignés par leur employeur devant le TGI. Le Tribunal a ordonné le versement d'une somme de 2000 euros nets à 220 salariés et 3 à 3500 euros d'arriérés de salaire aux autres salariés. Il demande aussi le retour de 60 employés du Morbihan devant le conseil des Prud'hommes de Vannes. Le conflit porte sur une demi-heure de pause quotidienne qui n'est plus payée depuis juillet 2004 et qui a fait l'objet de plusieurs actions en justice, mais aussi sur la forme des commandements à payer (adresse ou orthographe des noms des employés).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message