Marchés

Du panga 100% végétal pour 0% de risque

|

Dossier L'entreprise Nautilus a mis à flot, avec InVivo NSA, une filière pour commercialiser un panga 100% nourri au végétal.

L226905501_3Z.jpg
L226905501_3Z.jpg© DR

L'idée est venue d'un constat d'échec. « Aujourd'hui, nous distribuons dans chaque point de vente, en moyenne, six cartons par semaine de produits de la mer, le transport nous coûte plus cher que les produits que nous vendons », déplore Stéphane Barbut, PDG de Nautilus Food (65 millions d'euros de chiffres d'affaires). Sans sombrer dans le fatalisme, il cherche alors à rentabiliser sa logistique avec un produit qui lui assurerait assez de volume. L'homme, qui a créé sa société spécialisée dans les conserves de crustacés en 1995, se tourne alors vers le panga. En 2008, celui-ci représente 5 000 tonnes en volume écoulé, c'est le huitième poisson le plus vendu du rayon. Mais les doutes s'installent concernant son élevage, dans le delta du Mékong (Vietnam), et son alimentation. Doutes fortement relayés par les médias... Résultat : en trois ans, les ventes sont divisées par deux, selon Kantar Worldpanel.

« Aujourd'hui, les distributeurs en vendent pour proposer un poisson à prix attractif, mais ils ne veulent pas le voir », résume Stéphane Barbut. Pour redorer son image, il a donc créé, en partenariat avec InVivo NSA pour l'alimentation, un panga 100% végétal, nourri principalement à base de blé et de soja. Le poisson est élevé dans des fermes certifiées par Bureau Veritas dans le delta du Mékong, puis acheminé en France dans le site de Bouchemaine (49) de Nautilus.

Poisson à l'essai

En linéaires, trois références sont marquetées à marque Nautilus : Thym-citron, Curry-coco et Nature. Les tests restent pour l'instant confidentiels en grande distribution. Les atouts pour le développement de ce poisson s'avèrent nombreux : « Il est sans arêtes, à chair blanche, donc sans un goût fort, et possède une texture fondante. Nous pensons vraiment que ça pourrait être le poisson idéal des enfants », assure le PDG. Les mamans y verront aussi un autre avantage de poids : son prix. Il sera commercialisé en barquette de deux (300 g, poids fixe) à 14,50 € le kilo (16 € pour les références marinées). La marque envisage de développer des saveurs différentes en fonction des saisons... et des publics visés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter