Du piment !

|
LHSEPICERIE201100301_1Z.jpg
LHSEPICERIE201100301_1Z.jpg© LAETITIA DUARTE

Il a vraiment ce qu'il faut d'épice le cru 2010-2011 de notre chère « vieille » épicerie ! Dès lors, en effet, que l'on compare se secteur dit « mature » avec d'autres marchés réputés plus dynamiques -tels que le frais, les soft-drinks, les alcools -, l'exercice tourne trop souvent au désavantage du premier. À y regarder de près, pourtant, l'épicerie n'est pas, n'est plus le rayon fade ou poussiéreux que l'on présente parfois ! Déjà, les Français y ont repris goût. Nous verrons que la question des prix risque de revenir assez vite assaisonner l'actualité. Mais en attendant, oublié le reflux de consommation engendré en 2008 par l'envolée des cours qui avaient fait flamber les étiquettes. L'épicerie, qui « roule » d'habitude à une moyenne de + 0,5% en volume par an, pique un « beau » + 1,4% en 2010. Lassés de s'être serrés la ceinture, fatigués des joies du fait-maison, les consommateurs font de nouveau honneur aux produits élaborés des industriels. Des clients qui ont même profité de la légère déflation des prix pour monter en gamme. Seuls pâtissent le sucre, la farine ou les huiles, dès lors qu'on... pâtisse moins à la cuisine.

Les machines à café sont un peu les téléphones portables de l'épicerie. Grâce à l'essor de leurs « consommables », elles ont généré la plus belle croissance en valeur du secteur : + 21% pour les dosettes !

En revanche, les machines à café vont bon train ! Ce sont un peu les écrans plats ou les téléphones portables de l'épicerie. Cette nouvelle technologie équipant déjà un foyer sur deux - avec des perspectives à trois sur quatre - a généré, grâce à ses « consommables », la plus belle croissance de l'épicerie en 2010 : + 21% en valeur pour les dosettes !

Oui, l'épicerie a décidemment de la réserve de croissance. Et il n'est pas toujours nécessaire d'aller la chercher à l'étranger, même si en « important » Oreo dans l'Hexagone Kraft Foods a recruté presque un tiers de non-consommateurs de biscuits. De petits fabricants aussi, comme Michel et Augustin - + 50% en un an - ou la PME bretonne Traou Mad promotrice des boîtes de biscuits cadeaux, ont trouvé leurs propres recettes pour faire craquer la clientèle.

Il est courant de présenter, encore, l'innovation épicière comme plus bridée que d'autres. Nenni ! Pour susciter de nouvelles occasions d'achat, Lesieur lance ses moutardes en tubes à moins de 1,25 €, Heinz ses mini-formats de ketchup nomade. Et les professionnels du chewing-gum remâchent leur copie en osant la percée hard-discount, le mini-prix attractif ou le parfum mystère.

On s'imaginait mal les grands groupes d'épicerie, « déracinés » de leurs filières de production, se réclamer de leur origine comme le font les professionnels du lait ou de la viande. Pourtant, le programme LU'Harmony associe désormais le spécialiste du biscuit avec un réseau de 1 000 agriculteurs de la filière blé. De même, le bio à l'état de germe pourrait trouver un terrain fertile dans les cafés, les aliments pour bébés, la conserve ou les aides culinaires...

Et comme s'il manquait du piquant à cette épicerie déjà bien relevée, voilà que les hausses de matière premières sont de retour. En café, l'arabica et le robusta ont battu des records ; en chocolat, le directeur général de Cémoi se demande où trouver dans les dix ans le million de tonnes de cacao nécessaires pour suivre la croissance de la consommation. Et si les pâtes, riz ou féculents ne se sont pas si mal sortis de la dernière crise, on parle en revanche de pénurie sur les légumes secs... De quoi pimenter encore la tendance à l'innovation, puisque les produits les plus élaborés sont toujours ceux qui s'en sortent le mieux quand les matières premières flambent !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSEPICERIE2011

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations