E-commerce : Intermarché réfléchit très fort aux casiers de retrait et à la livraison collaborative

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Très en pointe sur le drive, avec plus de 1000 magasins équipés, Intermarché travaille sur des services complémentaires qui pourraient prendre la forme de casiers de retrait et de livraisons collaboratives. Avec l'objectif d'accompagner la montée en puissance du e-commerce alimentaire, tout en le liant aux magasins.

Le développement du drive et du e-commerce entraîne dans son sillage le développement de nouveaux services, comme les casiers et pourquoi pas la livraison collaborative chez Intermarché.
Le développement du drive et du e-commerce entraîne dans son sillage le développement de nouveaux services, comme les casiers et pourquoi pas la livraison collaborative chez Intermarché.

Dans une interview donné au site Siècle digital, le directeur e-commerce multicanal d’Intermarché Pierre Maertens a donné sa vision de l’évolution de la grande distribution face à la montée en puissance du digital, de manière assez clairvoyante. "La filière alimentaire n’en est qu’à ses débuts en termes de transformation numérique" a-t-il commenté, en ajouté que si le drive représente aujourd’hui 5% du chiffre d’affaires des grandes enseignes, "d’ici 2020 ce seront probablement autour de 15% de l’activité qui ne sortira plus des magasins".

Pour accompagner cette évolution du drive et apporter des solutions et services alternatifs, Intermarché croit beaucoup aux consignes. Ces casiers de retraits, accessibles à toute heure, permettent de mettre à disposition du client les commandes (y compris frais et surgelés) passées en ligne, dans un délai de trois heures.

Après un premier test réussi à Libourne (Gironde) en mars, et un deuxième magasin équipé à Guillestre (Hautes Alpes) en juin, le déploiement des casiers va se poursuivre puisqu’un troisième pilote sera ouvert dans les prochaines semaines. "La consigne alimentaire devrait se développer largement dans les années à venir, elle est selon moi le drive d’il y a 5 ans" juge Pierre Maertens, qui réfléchit aussi à la livraison collaborative.

Des services de retrait, mais aussi de personnalisation

"On en parle beaucoup en ce moment. Nous voyons tous les mois émerger de nouvelles start-ups travaillant sur ce type de services. C’est une des solutions qui permettrait de libérer les contraintes qui pèsent sur le dernier kilomètre. Ces deux mécanismes, la consigne et la livraison collaborative nous semblent être des voies d’avenir complémentaires au drive. Combinés, ces trois approches permettront de renforcer notre maillage en investissant de façon ciblée et contenue".

A ce jour, Intermarché compte environ 1060 points de vente proposant un service e-commerce/drive, une activité en forte croissance qui progressé de 41% en 2014. Et au-delà de l’ouverture de nouveaux drives, l’enseigne va proposer des nouveaux services de personnalistation et d’emerchandising . Avec la récolte des données produits et des préférences du consommateur, Intermarché proposera d’ici la fin de l’année "une offre adaptée à chaque client". Ces derniers pourront même laisser des avis et commentaires sur leurs achats en ligne, "une première nationale pour l’alimentaire" assène Pierre Maertens.

Carnet des décideurs

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA