E-Commerce : les ventes de produits de grande consommation explosent

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Au cours des douze derniers mois, à l’échelle mondiale, les ventes de produits de grande consommation au travers des plateformes e-commerce ont atteint 48 milliards de dollars, soit un rythme de croissance de 15%.

Les ventes de PGC dans l'e-commerce ont atteint 48 milliards de dollars
Les ventes de PGC dans l'e-commerce ont atteint 48 milliards de dollars© Eisenhans - Fotolia

Portés par le succès du e-commerce à l’échelle mondiale, les produits de grande consommation (PGC-FLS) connaissent un succès retentissant sur Internet. Selon les résultats de l’étude « Futur du E-Commerce en PGC-FLS » menée par Kantar Worldpanel, leurs ventes via les sites marchands ont progressé de 15% au cours des douze derniers mois, soit un chiffre d’affaires à l’échelle mondiale de 48 milliards de dollars. A titre de comparaison, le marché du e-commerce français devrait atteindre cette année un chiffre d’affaires global de 70 milliards d’euros. Les PGC signent donc une belle performance au regard du rythme de progression de l’ensemble du marché qui, sur la même période, n’est qu’en très légère croissance de +1,6%. Si le canal Web est donc en forte croissance, il ne représente que 4,4% des ventes annuelles mondiales des produits de grande consommation. La marge de progression est donc encore très importante.

Un développement porté par les pure players mais aussi les distributeurs

La France s’inscrit dans la même dynamique que celle observée dans le monde entier, puisque les ventes en ligne de PGC ont crû de 20% en valeur au cours des douze derniers mois. Soit plus rapidement le marché français du e-commerce en sens large, qui est plutôt sur un rythme de progression autour de 15% depuis le début de l’année. Sans surprise, il faudra en effet compter avec l’e-commerce dans les années à venir, y compris pour les PGC, dont le développement est porté par des pure players désormais très puissants tels qu’Amazon ou Cdiscount, mais aussi par l’arrivée fracassante des distributeurs traditionnels dans le top 15 des audiences des sites d’e-commerce français.  « Nous estimons qu’il se développera à hauteur de 9% du marché et représentera un chiffre d’affaires de 150 milliards de dollars à horizon 2025. Avec de nouveaux entrants s’étendant rapidement, comme Amazon, le secteur fait face à un bouleversement », explique  Stéphane Roger, Global Shopper and Retail Director chez Kantar Worldpanel. En France, selon les estimations de Kantar Worldpanel, les ventes en ligne de PGC pourraient bien atteindre 11% du marché français d’ici 2025, soit 11 milliards de dollars. Face à cette réalité, les distributeurs ont bel et bien une carte à jouer. A condition d’être rapides. « Bien que les ventes en ligne puissent potentiellement cannibaliser les ventes en magasin, il est absolument essentiel que les distributeurs agissent très rapidement pour développer une présence forte en e-commerce. Les premiers entrants sur le marché peuvent jouir d’une part de marché significativement plus élevée – une différence qui peut atteindre au moins 40% en France et jusqu’à trois fois plus au Royaume-Uni », assure Stéphane Roger, Global Shopper and Retail Director chez Kantar Worldpanel.

Des disparités selon les pays

La croissance du e-commerce n’est pas équivalente partout dans le monde, et n’est pas qu’une question de taux de connexion. Certes, il semble peu surprenant que l’hyper-connectée et digitale Corée du Sud soit le plus grand marché PGC-FLS mondial pour le e-commerce en part de marché (16.6%). Mais aux USA, seulement 1.4% des biens de grande consommation sont achetés en ligne. La Chine est le marché sur lequel le e-commerce a connu sa plus forte croissance ces 12 derniers mois, 47% - pour atteindre une part de marché de 4.2%. Par ailleurs, l’Europe montre un taux d’adoption relativement faible du e-commerce dans tous les pays, excepté au Royaume-Uni avec 6.9% de part de marché, et en France, avec 5.3%. La France a d’ailleurs un marché e-commerce relativement unique, dans la mesure où le succès du e-commerce repose sur le modèle du Drive. Quant à l’Amérique Latine, l’adoption du e-commerce y est encore extrêmement faible, à l’exception de l’Argentine, avec une part de marché du e-commerce de 1%.

1 commentaire

messaouden

05/10/2016 00h36 - messaouden

On lit des situations fortement contrastées, les magasins ont encore de l'avenir, on en ouvre encore beaucoup et c'est surprenant que l'on en parle si peu.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA