E-commerce : pour son premier site en France, le Danois BoConcept s’appuie sur ses franchisés

|

Le spécialiste danois du meuble lance son premier site e-commerce en France, en s’appuyant sur ses magasins physiques exploités sous franchises. Il espère ainsi développer sa notoriété dans l’hexagone où, pour l’heure, il ne compte que 32 points de vente. 

bo concept

C’est un grand pas en avant pour l’enseigne BO Concept. Le spécialiste danois de l’ameublement vient en effet d’annoncer le déploiement de son premier site e-commerce en France. Particularité forte liée au modèle économique de l’enseigne, il s’articule autour de son réseau de magasins, constitué de franchisés. Résultat, dès lors qu’une commande est passée sur le site, elle est nécessairement rattachée au point de vente le plus proche, assurant ainsi une redistribution de la richesse créée par le site. Ce mode de fonctionnement permet en effet d’éviter les problèmes de concurrence entre le site marchand et les boutiques. En échange, ces dernières sont chargées de s’occuper de la livraison à domicile des commandes Web, ou alors d’accueillir un produit commandé sur Internet et retiré par le client au sein du point de vente. "Chaque franchisé possède son propre modèle de livraison, soit en interne soit via un prestataire, et qui s’applique également pour les commandes en ligne", indique le groupe.

Le portail se compose de 7 rubriques, canapés, fauteuils & chaises, tables, rangement, lits, accessoires et nouveaux design, reprenant l’ensemble du catalogue produit de BoConcept. Plutôt chiadée, l’ergonomie du site véhicule l’idée d’un positionnement haut de gamme, qui se retrouve aussi dans les tarifs des produits commercialisés, et aussi dans les tarifs liés à la livraison. En effet dès lors que le client a constitué son panier d’achat, le site propose en toute transparence de calculer les frais de livraison, selon trois modes : le premier comprend la livraison du produit à domicile ainsi que son montage – assuré par les soins de l’équipe dédié du magasin de référence - dans l’habitation du particulier, le deuxième ne comprend que la livraison, et le troisième propose au client de collecter lui-même le produit. 

Si la dernière option est gratuite, les deux premières en revanche, sont payantes, et variables selon un critère : la distance kilométrique qui sépare un magasin du lieu d’habitation du client. En clair : plus le point de vente de référence est éloigné, plus la livraison est couteuse. Par exemple, pour un canapé de modèle « Madison »  dont le tarif s’élève à 3 179 euros, un client vivant à Paris devra s'quitter de la somme de 176 euros pour bénéficier de la livraison et du montage à domicile, ou 59 euros s’il ne souhaite disposer que de la livraison à domicile. En revanche, s’il vit à Nevers dans la Nièvre, il lui en coutera 445 euros dans le premier cas ou 328 euros dans le second. Des montants qui pourraient en refroidir plus d’un, d’autant qu’il peut être difficile ici de rivaliser avec des e-marchands comme Cdiscount qui propose la livraison à domicile gratuite pour un client vivant à Nevers - test à l’appui - pour un canapé dont le prix s’élève à 499 euros. Reste que pour Lars Hovang, directeur générale de l'enseigne, ce premier site marchand est perçue comme "une nouvelle opportunité de se développer, et d'augmenter la notoriété dans l'hexagone".  Une manière aussi d'accompagner le développement de son réseau de magasins qui a vocation à passer de 32 points de vente aujourd'hui à 50 d'ici 2020.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message