E.Leclerc : après la baguette à 29 centimes, la polémique du kilo de porc à moins de 2 euros

|

Après la polémique sur la baguette à 29 centimes, le prix du kilo de porc vendu chez E.Leclerc a suscité la colère des producteurs. Face à cette nouvelle polémique, Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres E.Leclerc, a réagi lundi soir, le 24 janvier, sur le plateau de BFM Business. 

Les  prix des promotions de la viande porcine pratiqués par E.Leclerc sont dans le collimateur des producteurs de viande.
Les prix des promotions de la viande porcine pratiqués par E.Leclerc sont dans le collimateur des producteurs de viande.

Une nouvelle polémique touche E.Leclerc. Après l'annonce du prix de la baguette bloqué à 29 centimes pour au moins quatre mois, c'est au tour du prix de ses côtes de porc, et plus précisément des prix des promotions de la viande porcine pratiqués par E.Leclerc, d'être dans la tourmente. Le distributeur propose en janvier, à l'occasion d'une foire au porc, la côte de porc à 1.69€/kg... Alors que le cours de cette viande était estimé, au 13 janvier, à 5.87 € TTC le kg, selon le Réseau des nouvelles des marchés. En colère, le syndicat Culture Viande dénonçait, dans un communiqué publié le 14 janvier, des prix "inacceptables" dans une période où "les coûts de l’alimentation animale et des matières premières flambent, et que les entreprises de la viande font face à des prix de l’énergie, du transport et des emballages qui n’ont jamais atteint un tel niveau." La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, s'en est également pris à E.Leclerc, accusant le distributeur de "s’engraisser sur le dos des éleveurs". 

Du côté des distributeurs, Michel Biero, directeur exécutif des achats et du marketing chez Lidl, indiquait, dans une interview sur le pouvoir d'achat publiée le 17 janvier sur le site de LSA : "Quand Leclerc vend le kilo à 1,69 le kilo, c’est le prix de production à la ferme, alors que le monde agricole est en train de mourir". 

Bataille des prix 

Face à cette nouvelle polémique, Michel-Edouard Leclerc s'est exprimé lundi soir, le 24 janvier, sur le plateau de BFM Business. Il a notamment expliqué que ces foires au porc étaient "des opérations dits de dégagement". Il poursuit : "Les producteurs de porc, à partir du moment où, à Noël, ils n'ont pas vendu certains porcs, [ces derniers] font trop de gras et ça leur coûte trop cher de les garder", développe Michel-Edouard Leclerc indiquant ne pas vouloir être "le mouton noir de la loi Egalim". Il a en outre rappelé que les foires au porc étaient également pratiquées chez Systeme U ou Intermarché.

"A vouloir faire des prix trop bas, à un moment la chaîne va craquer". Invité ce mardi 25 janvier sur le plateau de RMCDominique Schelcher, président de Système U, a réagi aux prix bas pratiqués par E.Leclerc. "Avec un prix trop bas, c'est la vie de nos agriculteurs qu'on brade", souligne-t-il précisant qu'il ne s'alignera pas, pour l'heure, sur E.Leclerc. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter