E. Leclerc dévoile sa proposition de réforme des Certificats d’économie d’énergie

|

Bruxelles avait annoncé que des quotas seraient imposés au pays européens concernant les bornes de recharges pour les voitures électriques. 97 000 bornes devront être installées en France d’ici sept ans. Actuellement, 1542 points de recharges électriques sont installés.  E. Leclerc s’engage au développement de ces bornes, comme l’avait annoncé LSA.

Leclerc

E. Leclerc, via Siplec, sa filiale de négoce international, est actif sur le marché français de la mobilité. C’est donc naturellement que l’enseigne propose d’inclure dans la liste des actions ouvrant droit à la production des Certificats d’Economies d’Energies (C2E), l’équipement en bornes de recharges électriques pour les particuliers et les entreprises.

E. Leclerc souhaiterait équiper tous les parkings de ces magasins en bornes de recharges. Cela correspondrait à 2% du montant de ses obligations en matière de C2E. En effet, les fournisseurs de carburant sont obligés par le Certificat d’Economie d’Energie de réaliser ou d'inciter des économies d’énergie. Cette mesure permettrait également aux collectivités locales de ne pas prendre en charge, par le biais de subventions, ces bornes.

L’enseigne met en avant la nécessité du développement des voitures électriques pour des raisons écologiques, économiques et sociales. Progressivement, les magasins s’équipent de voitures électriques.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter