E.Leclerc en hausse sur tous les formats et tous les marchés en 2016

|

Les Centre E.Leclerc ont publié vendredi 20 janvier leur chiffre d’affaires 2016 en France étayant les premiers chiffres dévoilés par leur président Michel-Edouard Leclerc il y a une semaine. Les ventes (hors carburant) de l’enseigne ont progressé de 2,5 % pour atteindre les 36,57 milliards d'euros, elle atteignent 43,4 milliards avec essence.

En 2016, les Centre E.Leclerc (ici l'hyper de Flers) ont généré 36,57 milliards d'euros de chiffre d'affaires (hors carburant) et 43,4 milliards avec essence.
En 2016, les Centre E.Leclerc (ici l'hyper de Flers) ont généré 36,57 milliards d'euros de chiffre d'affaires (hors carburant) et 43,4 milliards avec essence.

La part de marché de l'enseigne tous produits confondus (non alimentaire compris) atteint elle 20,4 % (Kantar, CAM au 27 novembre 2016), soit 0,2 point de plus qu'en 2015, et les ménages ont été plus nombreux (+2,9 % de trafic3) à la fréquenter en 2016.

Les hypers mieux que les drive

Pour la première fois depuis plusieurs années, ce sont les hypermarchés qui redeviennent les premiers contributeurs à la croissance d'E.Leclerc (31,5 % de contribution à la croissance)  devant les drives. "Beaucoup de magasins (environ 300) ont en effet bénéficié d'un plan de rénovation depuis 2014", justifie l’enseigne dans son communiqué. Internet (dont le drive) suit et participe à hauteur de 30 %à la croissance de l'enseigne avec un chiffre d'affaires qui gagne +11,3 %". Les concepts spécialisés (parapharmacie, auto, Espaces Culturels, brico, voyages…) poursuivent également leur développement avec une participation de 19,9 % à la croissance et un chiffre d'affaires global GSS qui augmente de 6,9 %.

Objectif : numéro un du bio dès 2020

Ce sont les ventes alimentaires qui ont bénéficié de la tendance la plus soutenue avec une augmentation de +3,4 % du CA. Et cette tendance devrait se maintenir : "avec une offre retravaillée, diversifiée et mieux calibrée pour répondre aux besoins spécifiques des consommateurs (bio, sans gluten, produits végétariens) et une Marque Repère en plein repositionnement pour répondre à l'évolution de la demande concernant des produits plus vertueux à bas prix, l'alimentaire est au cœur de la stratégie d'E.Leclerc pour les prochaines années ». L'enseigne a par exemple réitéré son objectif de devenir premier distributeur de bio en France d'ici 2020."

Le non-alimentaire progresse également sur tous les canaux selon le groupement. "En GSS (+7,2 % de chiffres d'affaires), sur internet (+48,6 % de chiffres d'affaires) ou en GSA (+1 %)8, l'offre non-alimentaire E.Leclerc recueille les fruits de la stratégie initiée fin 2014. Présente sur tous les canaux et musclée par le repositionnement des marques propres "Sélection d'expert" (Ardence pour les Arts de la Table, Tech 9 pour l'Auto, Beaux-Jours pour le jardinage, Foster pour le bricolage…) qui garantissent des produits de qualité équivalente aux marques nationales, le non-alimentaire progresse au global de + 1,9 %9 (en ventes)."

"Nous travaillons actuellement la qualité de nos offres, à commencer par Marque Repère, pour que nos prix bas garantissent aussi le respect de tous les critères (environnement, nutrition, santé, bien-être animal…) que les ménages sont en droit d'exiger. Et nous maintenons le cap du multicanal et d'une offre non-alimentaire plus large et plus experte. Cette politique d'offres devrait, aussi, nous permettre de porter notre croissance à un niveau similaire en 2017" , conclut Michel-Edouard Leclerc dans le communiqué.

 

Chiffres clés E.Leclerc à fin 2016

660 magasins en France HM-SM-Express

601 drives

529 adhérents en France

78 magasins à l'international

1619 enseignes spécialisées (Espaces Culturels, Brico, Jardi, Manège à Bijoux, Auto, Sport,

Parapharmacie, Optique, Voyages, Une Heure pour Soi….)

123 000 collaborateurs

1 commentaire

Leveillard

12/08/2017 16h24 - Leveillard

Bonjour, Félicitations pour cette nouvelle année de progression.!Cette croissance est toutefois á analyser á univers constant pour mesurer la réelle solidité de l´Enseigne.Le travail de fond ,surtout l´engagement des groupes de travail pour revigorer et améliorer les marques du distributeur est considérable, et repose sur un grand professionalisme! Il est bien dommage que ce travail ne se fasse pas ressentir hors de France.L´expansion ,notamment au Portugal est un échec!.Sans volonté des adhérents au départ en 1996,le retard n´a fait que s´accentuer!.Il est bien dommage qu´après 20 ans de présence la part de marché reste aussi pauvre,un maigre 2.5% environ, alors que le nombre de magasins représente tout de même le quart du total des magasins ouverts á l´étranger!le bilan humain est encore plus désastreux!Formations inexistantes,peu de professionnels á leur place,un désintérêt total pour le collége "employés"des professionnels qui ne peuvent pas appliquer les règles de leur métier encore moins appliquer les règles de sécurité et d´hygiéne......faute de moyens,de volonté des instances dirigeantes en France......Une centrale d´achats obsoléte et incompétente....pour cause ,un adhérent en Grance,me confiait récemment que son magasin recourait aux grossistes en France et non á la propre centrale au Portugal pour acheter les produits portugais !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations