E.Leclerc veut entrer à Paris grâce à internet

|

Michel-Edouard Leclerc revient à la charge pour s’implanter dans Paris. A en croire une interview accordée à nos confrères de Challenges, cela passera par internet, le drive et les points relais. Mais cela peut-il vraiment se concrétiser rapidement ?

Michel-Edouard Leclerc lorgne sur Paris depuis longtemps. Il estime pouvoir peut-être y entrer grâce à internet.
Michel-Edouard Leclerc lorgne sur Paris depuis longtemps. Il estime pouvoir peut-être y entrer grâce à internet.© © Laetitia DUARTE FILET

On le sait, les petites phrases prennent souvent le dessus sur l’actualité. Mais celle-là fait tiquer. Dans une interview, Michel-Edouard Leclerc répond positivement à la question si l’internet pourrait lui permettre d’entrer dans Paris: "Oui. Nous allons multiplier les drives, les points relais – comme à Lyon, Marseille, Lille – avec des prix Leclerc comme référence. Nous étudions aussi des solutions où il vous serait possible de partir de votre travail avec un panier que nous vous aurions livré. Moins cher que les enseignes de centre-ville."

En creux, le patron emblématique du premier mouvement d’indépendants de France revient sur son souhait de faire entrer ses rayons alimentaires et ses prix bas dans Paris en contournant les obstacles qui sont dressés devant lui depuis plusieurs décennies. Pour cela, il compte cette fois s’appuyer sur des services lié au déploiement d’internet comme le click-and-collect et livraison dans des zones de passage. Faut-il encore trouver le modèle économique qui fonctionne et l’accord des adhérents pour trouver un système de rétribution dès lors que la commande sera passée sur internet puis livrée ou déposée dans des points relais non associés à un adhérent, comme c’est le cas pour le drive.

Une tendance de fond

Selon nos informations, le mouvement est par ailleurs sur le point de valider une stratégie plus globale de cross-canal concernant les produits non-alimentaires, qui préconise notamment le déploiement des points de retrait. Pour l’offre alimentaire, les enjeux sont encore plus complexes et il n’est pas certain qu’il s’écarte si rapidement de sa stratégie de maillage du territoire par le drive.

Mais ce volontarisme affiché rencontre une tendance de fond qui envahit déjà nos voisins européens. Asda, Waitrose et Tesco déploient des casiers de retrait pour les courses alimentaires dans les zones de flux à Londres, comme les métros, ou sur les parkings de gare via des camions de livraison. Le Shop a ouvert un comptoir et des casiers de retrait en gare de Zurich. Dans l’ensemble de ces cas, la direction de l’enseigne maîtrise seule sa stratégie, ce qui rend son déploiement plus facile. Pas certain qu’il en soit de même pour E.Leclerc.

Sur Magasin LSA, contactez tous les prestataires e-commerce qui développeront votre magasin sur internet

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message