Ebro fait coup double dans le riz

|

L'industriel espagnol vient d'acquérir la division riz du groupe SOS en Espagne et prépare le rachat de la société australienne Sunrice.

Déjà numéro un mondial du riz avec des marques comme Lustucru et Taureau ailé en France (Panzani), ou Brillante et Nomen en Espagne, Ebro Foods prend pied chez son rival Grupo SOS (ex-SOS-Cuétara), et prépare son entrée en Australie, via l'achat de Sunrice.
Le rachat de l'activité riz de SOS, pour 195 M€, « complète la présence de la division riz d'Ebro en Espagne et aux États-Unis, ouvre la porte du marché néerlandais avec la marque Lassie, et nous renforce dans d'autres marchés européens et au Moyen-Orient », déclare Antonio Hernandez Callejas, président du holding. En souscrivant, par ailleurs, 50 M€ dans l'augmentation du capital de SOS, en grandes difficultés financières, Ebro prend 10% du capital. Les marchés anticipent une fusion.

« Grâce à son puissant réseau de distribution, Ebro est la seule à pouvoir sauver SOS », juge un analyste cité par El Economista. Mais comme SOS (CA de 1,3 Mrd€ en 2009) réalise 75% de son activité dans les huiles avec des marques aussi connues que Koipe, Carbonell ou Bertolli. Ce scénario différerait de celui annoncé en septembre, après la vente de Puleva à Lactalis pour 630 M€. Ebro disait vouloir se concentrer sur le riz, les pâtes, et les solutions repas.

 

Sunrice complémentaire de Panzan

Quoi qu'il advienne, la division riz de SOS ajoute 250 M€ au chiffre d'affaires d'Ebro (1,25 Mrd€ toutes activités confondues sur les neuf premiers mois de 2010) et consolide sa position mondiale. En Espagne, sa part de marché passera de 30% à 43%, ce qui implique l'accord des autorités de la concurrence.
En France, où Panzani est numéro du riz (30% du marché), l'acquisition de SOS n'aurait pas d'impact. « En revanche, l'achat de Sunrice en Australie sera plus structurant pour Panzani, car il permettra des récoltes à contretemps et une capacité de production gigantesque, gage d'un approvisionnement constant et de qualité », estime Xavier Riescher, directeur général de Panzani France. L'opération, évaluée à 440 M€, reste sujette à l'approbation des actionnaires de Sunrice en mars 2011. Ebro disposera encore d'un « trésor de guerre »de 500 M€, qu'il devrait destiner en priorité, selon des sources proches du groupe, au secteur pâtes.

Deux acquisitions en cours

Grupo SOS (Espagne) pour 135 M€

Sunrice (Australie) pour un montant estimé de 440 M€

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2161

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous