Echec des négociations sur le dimanche dans le bricolage

|

Les syndicats n’ont pas eu assez de deux jours pour conclure un accord avec le patronat sur les contreparties accordées aux travailleurs du dimanche dans le secteur du bricolage. Une nouvelle réunion est donc fixée au 20 janvier.

Si le décret sur l'ouverture le dimanche est bien applicables, les partenaires sociaux ne sont pas parvenus à un accord perenne.
Si le décret sur l'ouverture le dimanche est bien applicables, les partenaires sociaux ne sont pas parvenus à un accord perenne.

"Nous n’avons pas eu de texte fiable pour l’instant, confie Christophe Le Comte pour F.O. Le projet d’accord nous sera envoyé la semaine prochaine".

Les deux parties se sont donc accordées pour poursuivre les négociations le lundi 20 janvier au ministère du Travail. Un décret, pris dans la foulée du rapport Bailly, le 31 décembre, autorise tous les magasins de bricolage de France à ouvrir le dimanche. Ce qui avait immédiatement déclenché l’ire des syndicats, qui avaient accusé le gouvernement de les mettre devant le fait accompli.

Ceux-ci réclament des contreparties pour les salariés du dimanche: repos compensateur, doublement du salaire, volontariat, mais aussi remboursement des frais de garde pour les mères qui feraient garder leurs enfants et réversibilité du volontariat, c’est-à-dire la possibilité pour un salaire volontaire de revenir en arrière.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message