Equipmag 2014

Eclairage et développement durable: s'y retrouver dans la jungle réglementaire

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L’agence Opus Light a tenté de faire toute la lumière sur les obligations qui s’imposent aux enseignes en matière d’éclairage, lors d’une conférence donnée ce matin sur le Village Périfem. Premier étage de la fusée : les obligations fixées par la RT 2005 - soit un seuil maximal dans les bâtiments neufs de 2,5 watt par mètre carré pour un flux lumineux de 100 lux. Deuxième étage de la fusée : les recommandations comme la norme NF-EN 12464-1, qui suggère un minimum d’éclairement de 300 lux dans les zones de vente et un rendu des couleurs au moins égal à 80 sur une échelle de 100 (100 étant l’indice de la lumière naturelle). Troisième étage : les labels français (Haute-performance énergétique, Très haute performance énergétique, Haute-qualité environnementale), le programme européen Greenlight, les certificats d’économie d’énergie (qui permettent, théoriquement, d’obtenir des subventions pour ses travaux).
Sans oublier les réglementations qui s’appliqueront bientôt : la suppression imminente des lampes halogènes prévue par le Grenelle de l’environnement ou la future RT 2012 (qui doit remplacer la RT 2005)… Sur les questions d’éclairage, et avec la meilleure volonté du monde, on comprend que les enseignes soient encore dans le noir !

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA