Edeka met fin à sa présence en République tchèque

|

Le groupe de distribution allemand n'a pas réussi à imposer ses supermarchés dans un pays où les hypers et le hard-discount ont, eux, le vent en poupe.

Virage à 180 degrés pour Edeka. Le groupe de distribution allemand a annoncé sa décision de se retirer de République tchèque. « Idéalement, la vente des surfaces commerciales pourrait se faire en 2006 », a indiqué Petr Sykora, directeur de la filiale tchèque CS Edeka. Au printemps, ses dirigeants juraient encore vouloir construire des magasins dans le pays ! La raison semble l'avoir emporté sur la soif de conquête.

Malgré une arrivée sur le marché tchèque plutôt précoce (1992), Edeka a suivi une politique d'expansion trop timide. En 2004, les ventes de ses 38 magasins n'ont pas progressé par rapport à 2003 (56 M E). Sa volonté de ne construire que des supermarchés, format en perte de vitesse, a aussi été une erreur. Leur part de marché est passée de 29 % en 2000 à 20 % en 2004, alors que celle des hypers est tombée de 34 % à 20 %. Le nombre de très grandes surfaces a doublé en quatre ans. Aujourd'hui, la densité d'hypers en République tchèque est la plus élevée d'Europe centrale, avec 16 magasins par million d'habitants, contre 8 en Hongrie ou 5 en Pologne. L'arrivée des hard-discounters, dont la part de marché est passée de 13 % en 2003 à 15 % en 2004, a éliminé les derniers espoirs des propriétaires de supermarchés. Lidl compte ainsi 91 magasins dans ce pays (contre 14 en 2003). Selon les analystes, les discounters pourraient contrôler 25 % du marché tchèque en 2008.

Recentrage sur l'Allemagne

 

Edeka est le troisième distributeur étranger à quitter le pays. Julius Meinl a vendu ses 56 magasins à Ahold, et Carrefour a cédé à Tesco ses 15 points de vente.

L'annonce d'Edeka s'inscrit dans une stratégie de recentrage sur son marché intérieur. Le distributeur s'est déjà retiré de Pologne et a limité ses activités au Danemark. « Edeka quitte ses marchés étrangers pour se concentrer sur l'Allemagne », a déclaré Petr Sykora, qui a expliqué que sa maison mère envisageait son départ d'Autriche. Le groupe ne manque pas de travail à domicile. Il doit redresser Spar, repris en 2005 aux Mousquetaires, et découvrir son nouveau métier de hard-discounter. Les acquisitions de Netto Sud (1 050 magasins pour des ventes d'environ 3 milliards d'euros) et de 25 % de Netto Nord vont donner du travail à Edeka dans les prochains mois...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1932

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message