EDI : Le jouet formalise ses fiches produits

|

Les industriels et les distributeurs de jouets et de puériculture ont mis au point un modèle de fiche produit standardisé. Une démarche de filière efficace.

Un cas d'école à montrer dans d'autres filières. Il aura fallu un an à la Fédération du jouet et de la puéri-culture (FJP) pour boucler le vaste chantier des fiches produits. Compte tenu de la complexité du sujet, le délai est fort correct pour cette fédération qui a su réunir les industriels et les distributeurs autour de la même table. Même si ce n'est pas un coup d'essai. « Nous avons commencé voici huit ans à travailler tous ensemble en créant une plate-forme qui recevait les messages de commandes électroniques », indique Annie Schoutteten, responsable EDI à la FJP.

La conception d'un modèle de catalogue électronique standardisé est plus délicate. Les particularités du jouet sont nombreuses ; la saisonnalité des produits, le fait que les préréférencements ont lieu très en avance, sept à huit mois, quelquefois sur prototypes... Sans oublier des produits qui se renouvellent à haute fréquence - « une quarantaine de nouvelles références par an, soit un tiers de notre gamme », assure un grand fabricant du secteur. Résultat, « les industriels allaient jusqu'à renseigner 50 formats de fiches produits différentes selon les distributeurs », poursuit-elle. Les photos des produits étaient, elles, envoyées sur CD-Rom, voire sur papier !

Un an plus tard, et moyennant 1 million d'euros, la FJP héberge deux plates-formes. La première regroupe toutes les fiches produits et stocke la totalité du catalogue. La seconde diffuse les messages EDI. Mais c'est à chaque marque d'animer son site. Le principe est simple ; chaque société remplit ses fiches produits. Celles-ci sont disponibles pour les enseignes à titre de consultation ou de commande. Pour une présentation plus claire, on trouve une photo du produit nu, du produit packagé et en ambiance. Petit plus, un texte de présentation utilisable comme argumentaire de vente.

Concrètement, « l'assistante commerciale chargée du catalogue récupère les données commerciales, logistiques et marketing auprès des différents services et les met à disposition pour l'interface », indique Philippe Juan, responsable des systèmes d'information du fabricant de puériculture Allègre. La puériculture, qui a commencé à diffuser ses fiches produits en mars, un an après le jouet, y voit un gain de temps appréciable. « Nous pouvons maintenant envoyer les fiches produits de notre catalogue, soit 290 références, en dix minutes », se réjouit-il.

La logistique en ligne de mire

L'efficacité est intervenue au fil du temps. À raison de 70 attributs par produit, près de la moitié des fiches n'étaient pas renseignées dans les premiers mois. « Quand une donnée change, la personne en charge de la fiche article va faire la mise à jour sur l'interface », précise Philippe Juan. Sinon, tous les employés concernés par les fiches produits peuvent les consulter.

Plus d'une trentaine de marques - représentant la moitié du marché en valeur - utilisent aujourd'hui ce service en location. À terme, un onglet sur la contrefaçon sera ajouté à la fiche produit. La fédération du jouet et de la puériculture réfléchit aussi à la partie logistique. L'objectif est d'envoyer un avis d'expédition par EDI, ce qui constitue une difficulté supplémentaire, car il faut arriver à le gérer en pleine saison avec le réassort.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1924

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message