[Edito de la semaine] "L’impératif du changement", par Michel-Edouard Leclerc

|

DossierEDITORIAL "Combien de fois avons-nous constaté cette tentation de vouloir diaboliser toute concurrence nouvelle à défaut d’avoir su l’anticiper",  Michel-Edouard Leclerc, président des Centres E. Leclerc

Michel Edouard Leclerc, président des Centres E. Leclerc
Michel Edouard Leclerc, président des Centres E. Leclerc© LAETITIA DUARTE

Pour tous les consommateurs, la révolution numérique est une opportunité. Pour les professionnels de la vieille économie, c’est une autre affaire. D’abord, parce que les prévisions de rentabilité ne sont pas évidentes, même s’agissant des sites les plus fréquentés. Ensuite, le ris­que est grand, pour des investisseurs déjà lourdement engagés dans l’économie physique, de s’auto-cannibaliser et donc de se tirer une balle dans le pied en dégainant trop vite. Mais l’avenir est écrit.

Le Français Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel en 1991, aimait rapporter cette observation de Niels Bohr, l’un des pères de la physique quantique : « Ce n’est pas en perfectionnant la bougie que l’on a découvert l’électricité. » On peut encore, certes, faire carrière dans la fabrication de bougies, dans la vente de disques ou de journaux, mais le marché se développe ailleurs… ou s’y dirige ! Qui aurait imaginé, dès l’an 2000, l’extinction aussi rapide des magasins Virgin ou Saturn, pourtant créateurs de concepts innovants, branchés et populaires ?

Le marché n’a pas de respect pour les professionnels. Tout le monde a la nostalgie d’un petit ­commerce, du droguiste, comme du cordonnier, mais tout le monde fréquente sans culpabilité les GSS et les GSA. C’est une leçon, une vérité que nous, professionnels et pionniers de modèles innovants, devons à tout prix retenir.

Combien de fois avons-nous constaté, dans les corporations françaises, cette tentation de vouloir diaboliser toute concurrence nouvelle à défaut d’avoir su l’anticiper ? Certes, les chauffeurs de taxis et les distributeurs ont des raisons de se plaindre : Uber n’est pas astreint aux mêmes exigences réglementaires, Amazon n’est pas soumis à la Tascom, à la taxe sur les enseignes et sur les parkings. Ni PriceMinister, ni Vente-privée n’auront l’obligation de recouvrir les toits de leurs magasins d’une couverture végétale, nouveau projet Ségolénien !

Les entreprises ne doivent compter que sur elles-mêmes pour relever les nouveaux défis technologiques et concurrentiels. Amazon, Google, Apple, Cdiscount, Blablacar, Airbnb ouvrent la voie à des concepts marchands nouveaux qui n’ont que faire d’un argumentaire corporatiste comme ce pathétique cri du cœur : « Ils ne font pas le même métier ! » J’aimais mon disquaire, il est aujourd’hui un héros SDF dans Vernon Subutex (Virginie Despentes) !

Sur son marché, Kodak avait la meilleure martingale, mais la firme est restée prisonnière de la rente argentique. La VPC, La Redoute et 3 Suisses auraient logiquement dû remporter la bataille du passage au numérique, mais le marketing digital a prématurément jauni les prestigieux catalogues.

L’histoire repasse les plats mais, il est vrai, on n’enseigne plus l’histoire ! Les syndicats du « petit commerce », de Poujade ou Nicoud ne voulaient pas évoluer. Ils ont fustigé Édouard Leclerc alors que son mouvement collait à l’évolution de sociologie française. À son tour, une partie de la généra­tion Leclerc n’a pas cru à l’hyper, alors que Fournier et Defforey garantissaient à l’industrie un formidable accroissement des débouchés. Dans chaque métier, ce sont les mêmes comportements ; SFR, Bouygues et Orange ont d’abord ri de Xavier Niel avant de se plaindre de Free, puis d’avoir à baisser leurs prix.

Innover, rechercher de la productivité est une priorité d’entreprise. Plus important encore est d’accep­ter de changer d’ère et de refuser de s’assoupir dans la gestion de la rente. « Rien n’est permanent sauf le changement », cette phrase du philosophe grec Héraclite mérite d’être imprimée en exergue des plans stratégiques de nos enseignes. 

Michel-Edouard Leclerc, président des Centres E. Leclerc

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2372

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message