[Edito] Même pas peur?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pas moins de 16,38 milliards d’euro de chiffre d’affaires en seulement vingt-quatre heures ! Soit un peu plus que les ventes annuelles des hypermarchés Auchan en France ! Cette année, le Jour des célibataires, le fameux 11.11 Global Shopping Festival d’Alibaba, a battu tous les records. Quelque 600 journalistes du monde entier, dont LSA, étaient conviés pour glorifier cet exploit. Il est vrai que tous ces chiffres donnent le vertige avec plus de 6 millions de produits mis en vente par plus de 50 000 marchants en provenance de 25 pays. À tel point qu’on en oublie parfois de raisonner sereinement.

Pour commencer, il faut bien préciser qu’il s’agit de chiffres préliminaires et non audités… Toutes les spéculations et supputations sont permises. Sans oublier que les market places d’Alibaba visent aussi les professionnels et pas uniquement les consommateurs. Ensuite, il convient de prendre en compte le gigantisme de la Chine, qui compte 20 fois plus d’habitants que la France (1,35 milliard contre 66 millions). Ce ratio appliqué au chiffre d’affaires du 11 novembre donne donc en théorie 81,9 M € de chiffre d’affaires pour la France. Soit, ni plus ni moins, que les ventes annuelles d’un hyper de 7 000 m². Ce qui est nettement moins impressionnant. Enfin, il est nécessaire de comprendre qu’il s’agit de volume d’affaires et non de chiffre d’affaires. Et la différence n’est pas mince. En effet, la market place Alibaba n’encaissera pas une telle somme, mais des royalties de ce montant. Ce qui n’est pas du tout la même chose… De plus, pour connaître réellement l’activité générée, il faudrait incorporer les retours de produits, qui, on le sait, sont nombreux et plombent souvent les comptes d’exploitation.

Faut-il en conclure qu’il ne s’agit que d’un vaste coup de communication ? Ce serait, encore une fois, aller un peu vite. Il est nécessaire de comprendre que les ambitions d’Alibaba ne s’arrêteront ni en Chine ni en Asie. Doté de moyens financiers colossaux, l’e-commerçant lorgne aussi l’Europe, et se veut le concurrent numéro un d’Amazon. Fort d’un quasi-doublement de son action en l’espace de un an avec plus de 224 Mrds $, Jack Ma peut très bien faire ses emplettes en France. D’autant qu’il n’échappe à personne que la filiale française ne cesse de prendre la parole. De là à penser qu’il existe quelques velléités de s’installer chez nous, il n’y a qu’un pas, que certains experts franchissent, alors que Alibaba prétend vouloir attirer les Français sur sa plate-forme chinoise. Il ne faut pas, par ailleurs, perdre de vue que, comme Amazon, Alibaba investit massivement dans les nouvelles technologies, par exemple dans les moyens de paiement et le mobile. De quoi aisément prendre ce fameux quart d’heure d’avance.

La manière dont le 11 novembre a été orchestrée démontre aussi que l’e-commerçant chinois maîtrise à la perfection les arcanes et les ressorts du commerce avec un grand savoir-faire dans le montage d’événements qui font le buzz. Pour terminer, comment ne pas retenir qu’Alibaba est avant tout une market place. Un modèle économique qui a fait ses preuves et dont on sait que les bonnes places se gagnent aujourd’hui. Voilà pourquoi, si les commerçants français ont raison de ne pas s’inquiéter des résultats immédiats du 11.11 Global Shopping Festival, ils doivent néanmoins en tirer les bonnes conclusions…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2436

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA