Eldorauto Étoile, le grand théâtre de l'auto

Eldorauto a souhaité implanter un vaisseau amiral à deux pas de l'Arc de Triomphe. Immense - comme les ambitions du groupe - et luxueux, le premier centre-auto de centre-ville ouvrira le 10 octobre à Paris.

Pour se rendre à Eldorauto Étoile, les clients pourront prendre le métro. La station Charles-de-Gaulle est à deux pas, même si l'enseigne a choisi l'avenue de la Grande-Armée plutôt que les Champs-Élysées. Mais il est également possible de venir en voiture, puisque le magasin possède un vaste parking en sous-sol et que son atelier peut accueillir 90 véhicules à la fois. Une originalité, parmi d'autres, pour cet immense point de vente sur cinq niveaux, qu'Eldorauto présente comme son « vaisseau amiral ».

À la lecture des chiffres, Eldorauto apparaît pourtant encore comme une petite enseigne. Le magasin de l'Étoile ne sera que le dixième de la chaîne, qui possède également Auto Axe et les carrossiers Carex. Mais les ambitions affichées sont gigantesques. Dans dix ans à peine, Gilbert Wahnich, président du groupe, prévoit une centaine de points de vente Eldorauto, et autant d'Auto Axe.

Les sceptiques sont invités à venir visiter le magasin Étoile, qui ouvrira le 10 octobre. Ses dimensions pharaoniques devraient les convaincre des espoirs que nourrit l'enseigne. L'entrée du magasin évoque d'ailleurs assez peu un spécialiste de l'accessoire automobile. Derrière le comptoir d'accueil, les escalators mènent directement au 1er étage, le reste du rez-de-chaussée étant réservé aux ateliers. Sur le mur de droite, un écran géant attire l'oeil. Le visiteur y découvre une sélection de voitures neuves proposées à la vente.

Des voitures 8 à 15 % moins chères

C'est l'une des autres grandes originalités du magasin : grâce à l'hébergement du portail internet du groupe, E-carcom.com, il est possible d'y acheter des voitures. Un gros accroc, du moins en apparence, au règlement européen, qui réserve la vente de véhicules neufs aux concessions de marques. En fait, le portail fédère des concessionnaires - certains appartenant au groupe, d'autres indépendants - qui finalisent l'acte d'achat. Mais, comme l'explique Olivier Bernarsconi, gérant de E-carcom.com, le but est tout de même de permettre au client d'acheter ou de louer des véhicules neufs « avec 8 à 15 % de remise ». Sans oublier des solutions complètes incluant le financement de la voiture, l'entretien et l'assurance.

Ces offres reflètent la volonté de mettre le service en avant. Immense, l'atelier est l'une des pierres angulaires du concept. Venu pour une vidange ou un changement de pneus, le client sera invité à patienter en arpentant les étages du magasin.

Avec, dès le premier niveau, des produits que l'on ne s'attend pas forcément à trouver dans un centre-auto. À savoir une large gamme de téléphones mobiles, mais aussi des assistants numériques et des PC portables. Ou encore des vêtements, des montres, de la maroquinerie et des lunettes. Sans oublier ce que Jean-Claude Becquaert, directeur du magasin, appelle des

« solutions de mobilité » complémentaires pour l'automobiliste : trottinettes, vélos pliants, mini-motos et rollers !

Au deuxième étage, l'offre se fait plus classique mais pas moins clinquante. Jean-Claude Becquaert présente ce niveau comme « l'étage passion », qui réunit les produits liés à la compétition automobile, au karting et au tuning. Soit une collection inégalable de jantes alu, leviers de vitesse chromés et jeux de pédales taillés dans la masse qui feront, au choix, rêver ou ricaner les visiteurs.

Le troisième étage abrite une offre impressionnante d'électronique embarquée, de l'autoradio basique au système multimédia avec DVD et écrans LCD. Quant aux quatrième et cinquième niveaux, ils accueillent des pièces moins affriolantes mais certainement plus utiles au quotidien : balais d'essuie-glaces, roulements de direction, barres de toit ou bidons d'huile. Tout cela organisé autour d'un vaste espace circulaire, l'atrium, que traversent les escalators. « Cela vous rappelle Citadium ? Pas étonnant, glisse Jean-Claude Becquaert en souriant, c'est le même architecte. »

Le résultat, impressionnant, semble à la mesure des attentes des dirigeants d'Eldorauto. L'enseigne a toujours affirmé son intention de privilégier les produits « plaisir » et il est certain que le magasin de l'Étoile leur réserve une large place. Les Parisiens sont prévenus : une recrudescence de Ford Escort XR3i et de Subaru Impreza à jantes dorées est attendue aux environs des Champs-Élysées.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1738

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres