Marchés

Electroménager : voyage au pays de Candy, le petit italien resté indépendant

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Candy est née en 1945 du côté de Monza, en Italie. À l’origine de la marque d'électroménager, une famille, les Fumagalli, encore à la tête du groupe, devenu Candy-Hoover en 1993.

Si on vous dit Monza, sûrement penserez-vous à l’automobile. Vous aurez raison. Mais Monza, c’est aussi le berceau de la marque Candy, née en 1945. Cela dit, les deux sont liés car, dans la construction automobile comme dans l’électroménager, tout est affaire de mécanique, finalement. À tel point, d’ailleurs, que le fondateur de la marque Candy, Eden Fumagalli, officiait justement dans la mécanique auto, patron qu’il était de l’entreprise Officine Meccaniche.

L’histoire doit donc retenir que c’est à Eden que l’on doit l’invention du paradis de la ménagère… Enfin dans sa version italienne s’entend, car la machine à laver le linge, elle, est évidemment plus ancienne : rendons à Schäffer, à la fin du XVIIIe siècle, ce qui appartient à Schäffer.

Reste qu’en Italie cela veut dire quelque chose. Il faut se remettre dans le contexte de l’époque. La fin de la guerre, l’Italie exsangue, un pays entier, sinon à reconstruire, du moins à relever. Imaginez alors, à l’heure où tout coûte si cher, et où les importations sont si délicates à mener, le succès d’un homme qui propose de faire entrer la modernité avec une solution 100% italienne…

C’est le cas avec son Modèle 50, « premier lave-linge entièrement italien », présenté à la Foire de Milan, en 1946. Là encore, il faut se replonger dans ce qu’est la consommation d’alors. Si l’invention du lave-linge date déjà un peu, sa démocratisation, elle, n’a pas encore débuté. Seuls les plus riches – pour ne pas dire les plus riches excentriques – ont les moyens d’en acheter un.

De la PME au groupe international

Trente ans plus tard, en 1975, le taux d’équipement dépasse les 70%. C’est le temps des Trente Glorieuses et Candy, bien sûr, accompagne cette révolution sociale. La marque grandit, étend son champ d’action aux lave-vaisselle, puis aux micro-ondes. Elle grossit, aussi, en rachetant des marques concurrentes : Sovrana, Kelvinator. La marque devient groupe. Puis le groupe sort de ses frontières italiennes pour s’en aller à la conquête du monde. La France, bien sûr, mais pas seulement. La Russie, la Chine.

Aujourd’hui, Candy, « marié » à l’Américain Hoover en Europe depuis 1993, pèse 900 millions d’euros de chiffre d’affaires, ce qui fait de lui le sixième groupe en Europe sur ses marchés de l’électroménager. Parti de rien pour frôler le milliard… Pas mal en soixante-dix ans. Et ce en étant resté un groupe familial, toujours aux mains de la famille Fumagalli. Nous en sommes déjà à la troisième génération car, après Eden et après Peppino, Beppe a pris les rênes de l’entreprise en 1994. Il les tient toujours. Et, en 2015, son groupe a fait sensation avec sa gamme connectée Simply-Fi : lave-linge, lave-vaisselle, réfrigérateurs ou fours se pilotant et interagissant avec son smartphone ou sa tablette. Soit une nouvelle manière de simplifier ces taches domestiques. 

En dates

  • 1945 : création de la marque Candy avec le lave-linge Modèle 50
  • 1966 : Candy sort un lave-vaisselle. Les micro-ondes suivront dans les années 1980
  • Fin des années 1970 : rachats de marques en Italie
  • 1987 : reprise de Rosières (France)
  • 1993 : reprise de la filiale Europe de Hoover.
  • Années 2000 : rachat de Vesta en Russie et de Jinling en Chine.
  • 2015 : Simply-fi, gamme complète d’électroménager connecté

En chiffres

  • 900 M€ de CA en 2014
  • 3,5% de croissance en 2014

Source : Candy-Hoover

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA