Emmanuelle Hoss : "Pour un commerce indépendant à Paris"

ENTRETIEN À l’initiative de boutiques tests pour les commerçants en herbe, les Testeurs de commerce, la jeune femme a pris la tête de la Société d’économie mixte de la Ville de Paris (Semaest), foncière commerciale de la capitale.

Emmanuelle Hoss a été, de 2008 à 2014, conseillère technique en charge de l’action économique, de l’innovation, du tourisme, du commerce et de l’artisanat du cabinet du maire de Paris de l’époque, Bertrand Delanoë.
Emmanuelle Hoss a été, de 2008 à 2014, conseillère technique en charge de l’action économique, de l’innovation, du tourisme, du commerce et de l’artisanat du cabinet du maire de Paris de l’époque, Bertrand Delanoë.© © Franck BADAIRE

A 45 ans, Emmanuelle Hoss, la toute nouvelle directrice générale de Société d’économie mixte de la Ville de Paris, s’est déjà fait une solide réputation dans l’aménagement commercial des cœurs de ville. L’action de la Semaest en matière de développement économique local est souvent citée en exemple, en France comme à l’étranger. Cette structure, qui comprend une soixantaine de salariés, est chargée d’influer sur le tissu commercial parisien en y réinstallant des commerçants et artisans indépendants de proximité. Elle rachète des locaux, peut en préempter ou négocier des exclusivités auprès des bailleurs afin de s’assurer de l’activité de leurs futurs locataires. À qui elle propose des conditions d’installation avantageuses dès lors que leurs boutiques ou activités répondent aux impératifs de développement local et responsable défendus par l’institution.

une foncière qui pèse dans la capitale

C’est sous la houlette de cette avocate de formation (DEA en droit des affaires et master de droit à la Northwestern University of Chicago) que la Semaest a lancé, il y a deux ans, deux initiatives marquantes : le Testeur de commerce, une boutique test pour les commerçants en herbe, et CoSto, pour Connected Store, un programme d’accompagnement des commerçants et artisans parisiens à l’utilisation du numérique, qui revendique plus de 1 000 commerçants, artisans et créateurs membres.

Emmanuelle Hoss a intégré ce bras commercial de la mairie de Paris en 2014. Elle connaissait d’autant mieux les problématiques du commerce à Paris qu’elle avait aussi été, entre 2001 et 2006, conseillère auprès de Christian Sautter, adjoint au maire de Paris, chargée du développement économique des finances et de l’emploi, où elle traitait déjà du développement économique et de l’innovation.

Elle a pu participer à la montée en puissance de la Semaest, devenue un aménageur et une foncière qui pèse sur le tissu commercial de la capitale, réinvestissant des pans de rues entiers pour en modifier le profil commercial. Plus de 650 locaux ont été réaffectés vers des commerçants et artisans indépendants.

C’est justement la mission assignée aux Testeurs de commerce, ces incubateurs désormais au nombre de trois à Paris, qui permettent aux apprentis commerçants de tester la viabilité de leur projet en s’installant deux à seize semaines dans un vrai magasin. Avec succès puisque, selon la Semaest, sur la vingtaine de porteurs de projet passés par les Testeurs de commerce, 90 % ont créé une boutique ou vont le faire. À charge pour la nouvelle directrice générale de montrer qu’elle peut étendre ces initiatives et ses interventions aux quartiers prioritaires de la capitale.

Ses dates clés

  • De 2001 à 2006 : Conseillère auprès de Christian Sautter, adjoint au maire de Paris
  • 2006 : Directrice déléguée au sein de Medicen Paris Région
  • 2008 : Conseillère au sein du cabinet de Bertrand Delanoë, maire de Paris
  • 2014 : Directrice générale adjointe de la Semaest
  • 2015 : Lance le Testeur de commerce et CoSto
  • 2017 : DG de la Semaest

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2483

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous