En direct de New York : des magasins très très spectaculaires !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier En marge du Retail's Big Show 2015 de la NRF, du 10 au 14 janvier, LSA a mené un vaste "retail tour" dans New York, avec l'aide du fournisseur de solutions technologiques Aurea. Voici un aperçu de nos premières visites chez Uniqlo, Top Shop, Harmann, Prada, Polo Ralph Lauren. Des magasins vraiment très spectaculaires !

A l'image des écrans qui habillent Times Square, les magasins de New York ne lésinent pas sur la taille des écrans. Ici celui du H&M de la 5e avenue.
A l'image des écrans qui habillent Times Square, les magasins de New York ne lésinent pas sur la taille des écrans. Ici celui du H&M de la 5e avenue.

La première impression, surtout pour quelqu’un qui se rend pour la première fois à New York, tient à la taille des magasins et aux investissements engagés. Rien n'est trop beau, ni trop cher, pour les marques qui exposent leurs flagships dans les prestigieuses 5e avenue ou Madison...

Big is beautiful

Prenez Polo Ralph Lauren qui s’est installé il y a peu dans la plus chère des avenues commerçantes au monde. La marque n’a pas lésiné sur les moyens, habillant son magasin de trois étages de trois univers très différents.

Au rez de chaussée, l’étage de la mode homme, l’ambiance est à la maison de rondins au bord du lac ou au chalet de montagne : moto-neige dès l’entrée, grande cheminée, canoës accrochés aux plafonds.

Au premier, l’étage de la femme, l’ambiance est plus années 60, moins chargée malgré quelques éléments de décor spectaculaires  et un petit café tout de blanc vêtu, qui surplombe la 5e avenue et offre une vue superbe.

Plus on monte, plus l’espace est aéré, lumineux, coloré. Au dernier étage, l’offre ado et enfants repose sur un merchandising très coloré avec des dégradés de couleurs aux faux airs d’Uniqlo.

Les artistes d’Uniqlo

De faux airs seulement car le magasin Uniqlo de la 5e avenue déploie, à quelques centaines de mètres de là, la méthode avec une science inégalée sur une énorme surface, supérieure à 5000 m².

Le magasin est organisé autour d’une immense et très spectaculaire triple rampe d’escalator qui dessert le troisième niveau du magasin.

Des escaliers l’encadrent pour desservir le niveau 1, où trône une offre impressionnante de produits inspirés de quelques-uns des grands artistes exposés par le grand musée d’art moderne de la ville, le Moma : Keith Haring, Andy Wharol, Jean Michel Basquiat.

Là encore, un café (Starbucks) vient d’être installé confirmant la volonté très marquées des retailers américains de mêler distribution et restauration, ce que certains appellent déjà la "distri-ration".

La vague Prada

Pas de café dans le Valentino de la 5e avenue ou le Prada de Soho (même si les vendeurs en proposent au moindre clignement d’œil de leurs visiteurs), deux magasins très récents qui s’appuient sur des espaces et une architecture qui laissent pantois. Valentino pose ainsi en majesté des chaussures et des sacs sur un impressionnant mur d’entrée.

Quand à Prada, le magasin de Soho  sur Broadway s’ouvre sur une très spectaculaire grande vague habillée de parquet blond qui se creuse en son centre.

Très spectaculaire aussi l’écran géant qui orne le mur du fond du magasin H&M de la 5th avenue. Des écrans présents dans la quasi-totalité des concepts que nous avons vus.

Chez Harman, par exemple, le spécialiste du son installé sur Madison, les écrans se font interactifs avec une table digitale pour rechercher la meilleure offre qui soit, en fonction des styles de vie notamment, ou encore une formidable table d’écoute pour casques, une sorte de lab ou de bar à casques, ou encore un cube acoustique pour écouter sa musique dans un isolement complet. "Great" comme disent les Américains, Géant quoi !

Des déceptions aussi

La méthode n’est  pourtant pas infaillible, ainsi le magasin Top Shop de la 5e avenue qui présente en plus pour la première fois tout un étage réservé à sa marque pour les hommes, Top Man, ne tient pas la comparaison : offre fouillie, déco très triste, détails d’aménagement mal finis (comme l’éclairage au plafond). Bref un magasin daté alors qu’il est pourtant très récent.

Notre prochain billet devait porter sur les écrans et les outils digitaux, très présents en magasins pour renforcer une expérience client déjà unique de par l’accueil du personnel, presque toujours chaleureux, enthousiaste, empathique… Des qualités qui aident beaucoup pour faire du commerce. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA