En Espagne, Pixmania ferme ses magasins

|

Le e-commerçant baisse le rideau de ses sept boutiques espagnoles. Une décision justifiée par la baisse des ventes dans un pays où la situation économique est critique, mais qui représente un gros marché. Pixmania se recentre sur le Web, les gammes de prix et la qualité du service après-vente.

Le site opère dans 26 pays européens mais compte surtout des boutiques en France, et en Espagne, où elles vont désormais baisser le rideau.
Le site opère dans 26 pays européens mais compte surtout des boutiques en France, et en Espagne, où elles vont désormais baisser le rideau.

En Espagne, Pixmania délaisse le offline pour revenir, un peu contraint et forcé, à son modèle d’origine du online pur. Le cybermarchand d’origine française, contrôlé à 99% depuis août dernier par le groupe de distribution britannique Dixons Retail, vient d’annoncer la fermeture de ses sept boutiques physiques (3 à Madrid, 3 à Barcelone, 1 à Valence). La dernière venait d’être inaugurée il y a six mois à peine...

L’Espagne, un pays qui pèse lourd pour Pixmania

Le tout dans un pays qui pèse lourd dans son business : Pixmania recense 2,1 millions de clients, soit près de 20% de sa clientèle européenne, estimée à 10 millions de e-shoppers, selon des chiffres dévoilés par la presse espagnole ce lundi. Pixmania a justifié ces fermetures par la baisse de ses ventes, qui serait dûes à la situation économique très difficile du pays.

Recentrage sur le Web, les prix compétitifs et la qualité

Le directeur général de Pixmania, Phil Birbeck, a résumé la nouvelle stratégie de Pixmania en Espagne : se recentrer sur le web, avec l’objectif d’améliorer la qualité de la distribution, de proposer une plus grande gamme de produits à prix compétitifs, et d’améliorer le service clients, entre autres. Il faut dire que la concurrence est vive de l’autre côté des Pyrénées, où la Fnac est très bien implantée, et où l’ogre Amazon vient de débarquer en force.  

En France, le siège quitte Paris pour la banlieue

Avant ces fermetures, Pixmania comptait 21 boutiques physiques : outre l’Espagne, il en compte aussi deux au Portugal et une en Belgique. La France reste le vaisseau amiral, avec 11 boutiques. Malmené dans sa stratégie d’élargissement de son offre et sur les délais et la qualité de livraison par ses concurrents, Pixmania fait l’objet de rumeurs récurrentes de fermetures de magasins en France. Ce qui constituerait un rude rétropédalage: avant la prise de contrôle quasi total de Dixons, Pixmania affirmait que recruter des clients en magasin coûtait nettement moins cher que sur le web...

L’entreprise s’apprête par ailleurs à déménager son siège. Les 700 salariés centraux vont abandonner dans quelques semaines les locaux parisiens de la prestigieuse Avenue de la Grande Armée, près des Champs Elysées, pour s’installer dans 5.000 m² bientôt livrés à Asnières sur Seine (Hauts-de-Seine),  dans la nouvelle ZAC des Bords-de-Seine.

Perte de 25 millions d’euros lors du dernier exercice

Actif sur 26 pays européens, Pixmania est en pleine tourmente depuis au moins un an. Le chiffre d'affaires du site a reculé de 10% à 843 millions d'euros au cours de son exercice clos fin avril 2012, qui s’est aussi traduit par une perte de 25 millions d'euros, contre un bénéfice de 4,4 millions l'année précédente. Pas très rassurant dans un contexte où les ventes de non alimentaire reculent en France.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message