En France, un produit acheté sur trois vient de l’étranger

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

MADE IN FRANCE La France, machine à produire du déficit commercial ? Lorsque la consommation augmente, la part des importations augmente encore plus vite. Au premier semestre 2017, elle a atteint 33%.

Au premier semestre 2017, le Made in France a encore reculé
Au premier semestre 2017, le Made in France a encore reculé© Economie.gouv.fr

Bravo le Made in France… Dans l’Hexagone, la part des produits achetés par les consommateurs s’élève au premier semestre 2017 à 33%, selon des statistiques de l’Insee publiées par Le Monde. Les Français peuvent bien se dire prêts à payer plus pour acheter tricolore, la réalité les contredit du tout au tout. En hausse continue depuis la fin des années 1960, la part des importations dans les ventes nationales, qui avait dépassé 20% en 1977, 25% en 2004 et 30% en 2014, atteint aujourd’hui un nouveau record.

Pourquoi cette évolution ? Du fait de la désindustrialisation du pays. L’appareil productif industriel français est aujourd’hui trop « dégradé » pour parvenir à répondre à la demande, en tous cas à des prix suffisament compétitifs. Les consommateurs se tournent donc vers des produits étrangers, explique le quotidien. Par exemple, en 20 ans, la production française de textile, d’habillement, de cuir et de chaussure a diminué de 87%.

D’après Natixis, lorsque la consommation dans l’Hexagone augmente de 1%, les importations croissent pour leur part de 1,8%. Alors qu’en Allemagne, 1% de hausse de la consommation ne provoquerait que 0,8% d’achats à l’étranger de plus. Là-bas, la consommation se traduit en production et en emplois. Ici, en déficit commercial.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

3 commentaires

Anonyme

10/08/2017 17h06 - Anonyme

Et alors ? La qualité de certains produits français est devenu lamentable... les voitures allemandes par exemple sont beaucoup plus fiable que celles de la France. En plus, un climat sévère pour les entrepreneurs pousse les couts au-dessus des couts à l'étranger. Et le soutien pour des millions de gens qui ne contribuent aucun euro à la société coute chêr à ceux qui essaient de travailler / entreprendre.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

GRANGE

22/08/2017 15h28 - GRANGE

Ce genre de commentaire affligeant a t-il sa place sur un site professionnel comme LSA? C'est digne de monsieur Michut, pilier de bar au café du commerce. La comparaison entamée avec l'Allemagne est intéressante et mérite d'être approfondie: permanence de marques allemandes dans l'électroménager qui, même si elles produisent en Pologne, permettent de capter une part de la valeur ajoutée en Allemagne,... Et puis la France est la championne des entreprises de distribution, alors que l'Allemagne demeure celle de la production. Hors alimentaire, où nos Carrefour, Leroy Merlin et autre Décathlon, aux actionnaires exigeants sur les rentabilités font-ils fabriquer leurs produits de distributeurs?

Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

NOCOMMENT

12/08/2017 18h21 - NOCOMMENT

La prétendue fiabilité des voitures allemande....

Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA