En Grande Bretagne les enchères montent pour le rachat de Morrisons

|

Les fonds CD&R et Fortress s’affrontent à coup de surenchères pour racheter la chaîne de supermarchés britannique Morrisons. CD&R a fait la dernière offre en date, pour plus de 8 milliards d’euros.

Le quatrième distributeur britannique aiguise les appétits des investisseurs
Le quatrième distributeur britannique aiguise les appétits des investisseurs

Le rachat de Morrisons est un véritable feuilleton de l’été. La chaîne de supermarchés britannique, quatrième acteur du marché domestique de la distribution, est au cœur d’une  véritable bataille. Avec comme dernier épisode en date l’acceptation par Morissons d’une offre de 7 milliards de livres émanant du groupe Clayton, Dubilier & Rice (soit 8,18 milliards d’euros) le 20 août. Cette offre surpasse celle qui avait été faite début juillet par le groupe d’investissement Fortress pour plus de 6 milliards de livres. Et qui elle même était une réplique à l’offre d’achat de 5,52 milliards de livres émise en juin par Clayton, Dubilier & Rice (CD&R), et rejetée par Morissons car considérée comme insuffisante par l’enseigne.

Morrisons, avec environ 10% de part de marché, est le 4ème acteur de la grande distribution alimentaire britannique, derrière Tesco, Asda et Sainsbury’s, et laisse ses prétendants augmenter la mise. Fortress pourrait revenir à la charge, et a demandé notamment aux actionnaires du distributeur de ne pas se prononcer de manière irrémédiable sur l’offre de CD&R, qui devra être validée lors d’une assemblée générale en octobre. La dernière offre en date représente une prime de 50% environ sur le dernier cours de Morrisons en bourse avant le début de la surenchère.

L’enseigne compte 497 magasins au Royaume Uni, pour un chiffre d’affaires de 17,6 milliards de livres pour l’exercice 2020/2021, et un profit avant impôt de 201 millions de livres. Et la distribution britannique attire les investisseurs puisque Sainsbury fait l’objet de rumeurs et de spéculations concernant un éventuel rachat, qui dopent son cours. Selon des informations rapportées dimanche par le Sunday Times, la chaîne susciterait l’intérêt de géants du private equity, notamment Apollo (également sur les rangs pour Morissons), avec des offres qui pourraient dépasser les 7 milliards de livres sterling.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter