En Grande Bretagne, le hard discount grignote des parts de marché

|

Si le marché du hard discount reste encore confidentiel de l’autre côté de la Manche, Aldi et Lidl "piquent" des clients au traditionnel "Big four", selon les relevés de Kantar. 

Aldi et Lidl enregistrent des hausses de leurs ventes.
Aldi et Lidl enregistrent des hausses de leurs ventes.© Dom0803 / Creative Commons

En France, le hard discount, même en train de monter en gamme, perd des parts de marché par rapport à la distribution "traditionnelle" et voit même son parc de magasins se rétrécir. En Grande-Bretagne, pays de l’"every day low price" (prix bas tous les jours), ce qui a longtemps freiné les ardeurs du hard,  c’est exactement l’inverse qui se produit. Même si le "HD" y est beaucoup plus confidentiel que dans l’Hexagone. Sur les 12 derniers mois, Kantar Worldpanel relève en effet un effritement des parts de marché du "big four" (Tesco, Asda, Sainsbury’s, Morrisons), au profit d’Aldi ou Lidl.

Un client britannique sur deux fréquente le hard

Dans le détail, les parts de marché de Tesco s’érodent à 29,9% début décembre, contre 30,6%  voilà un an. Asda tombe à 16,9% (17,3%), Sainsbury’s enregistrant un pâle 16,8% (17%). Seul Morrisons frémit à la hausse, à 11,9% de parts de marché, contre 11,6%.

A l’inverse, les discounters affichent des croissances de vente record, de l’ordre de 30,7% pour Aldi, et de 15,5% pour Lidl. Ce qui fait grimper leur part de marché de 0,5% à 0,7%. Pas encore de quoi trembler pour le big four ? Sauf que, selon Kantar, plus de la moitié des consommateurs britanniques ont désormais pris l’habitude de fréquenter le HD: sur les 12 derniers mois, 50,1% des clients y sont passés en caisse, contre 46,1% un an auparavant. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter