En pleine crise, les surgelés restent solides

|

Le rayon Grand Froid, en dépit de la crise, d’une baisse de la consommation et des mauvaises conditions climatiques, tire bien son épingle du jeu en 2011 et enregistre de la croissance.

En 2011, malgré les aléas de la crise, le marché des surgelés (domicile) a enregistré une légère croissance en valeur (+1,4 %), à 5,5 milliards d’euros mais une baisse en volume (-1 %). « Cependant, dans un contexte difficile pour l’ensemble des catégories alimentaires, notre marché s’inscrit dans une tendance de solidité sur le long terme », confie François Legrain, président du Syndicat des Surgelés, à l’occasion de la 15ème journée Grand Froid., qui se tenait aujourd’hui à Paris. Si 2011 n’est pas un grand cru, la valorisation du marché se poursuit grâce à des raisons simples : préservation des qualités nutritionnelles des produits, qualité organoleptique et un excellent rapport qualité/prix. Cependant cette année, les consommateurs ont moins consommés (-1,2 kg de produits surgelés en dans le panier des ménages en un an), surtout pour les familles avec enfants. Les surgelés ont été pénalisés par une baisse de régime du circuit spécialisé et des achats moins conséquents chez les généralistes. La répartition des produits dans le panier n’a pas évolué excepté pour pommes de terre qui tirent bien leur épingle du jeu (+1,2 point), au détriment des légumes surgelés (-1,3 point). En 2011, les foyers français ont dépensé en moyenne 231 euros dans ce rayon.

Les glaces restent synonyme de plaisir

Le marché des glaces, très sensible aux aléas climatiques, a souffert d’une météo estivale 2011 perturbante. Pourtant, la catégorie (domicile) enregistre une progression des ventes valeur de 5,5 % à 1,1 milliards d’euros et de 2 % en volume. « Notre plus bel atout reste le plaisir que le produit évoque et suscite », explique Didier Barral, président du Syndicat des Fabricants Industriels des Glaces, Sorbets et Crèmes glacées. Cependant, 13 % des ménages français n’ont pas consommé de glaces à leur domicile en 2011. Les fabricants doivent donc réussir à capter cette cible. Si les résultats des surgelés dont les glaces sont partiellement au rendez-vous en 2011, les industriels tentent de trouver de nouveaux relais de croissance pour le marché : développer les fréquences d’achat avec l’essor des réseaux de proximité et du drive ferait partie des stratégies à mener conjointement avec les distributeurs...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message