Enquête sur une possible entente dans les produits d'entretien en France

|

ENQUÊTEProcter & Gamble, Sara Lee, Colgate-Palmolive, SC Johnson, Henkel, Reckitt Benckiser et Unilever, ces géants font depuis fin 2005 l'objet d'une enquête du Conseil de la concurrence, révèle Le Figaro.

Ces groupes, toujours selon le quotidien, auraient pris l'habitude depuis la fin de l'année 2004 d'échanger des données sur leurs prix de vente et leurs parts de marché dans les produits d'entretien, d'hygiène et les insecticides, ainsi que les conditions tarifaires accordées à chacun par les distributeurs. Ils se communiquaient ces informations à l'occasion de conversations téléphoniques, à travers des emails et des réunions secrètes. Pour des affaires de ce genre, les industriels risquent des amendes pouvant aller jusqu'à 10% de leur chiffre d'affaires.
L'affaire révélée en France fait écho à un épisode analogue et récent en Allemagne. Où l'Office anti-cartel national a annoncé, le 20 février, avoir infligé des amendes d'un montant d'environ 37 millions d'euros pour entente sur les prix, à certains des groupes visés par l'enquête française, dont Henkel, Sara Lee Allemagne et Unilever Allemagne.
Les révélations faites par Le Figaro et quelque autres indiscrétions parues dans la presse sur des affaires analogues de concurrence, ont convaincu la Conseil de la concurrence, qui respectait jusque là le secret sur les affaires qu'il instruisait, de réfléchir à « la possibilité de s'acquitter de son devoir de transparence vis-à-vis du grand public et des consommateurs, en les informant de l'ouverture des procédures, à l'instar de la Commission européenne et d'autres autorités nationales de concurrence, selon des modalités propres à garantir la présomption d'innocence », ainsi qu'il l'a fait savoir aujourd'hui dans un communiqué de presse.

Olivier Bitoun

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter