Entre Perrier et les artistes, c'est fou !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Depuis les années 30, de Colette à Warhol en passant par John McEnroe ou Dita Von Teese, la marque folle a toujours fait en sorte d'être très bien accompagnée...

Millésime 1863. Le décret autorisant l'exploitation de la source située au lieu-dit « les Bouillens », à Vergèze, à quelques kilomètres de Nîmes (30), est signé. À l'époque, elle est réservée aux curistes. Il faudra attendre 1898 et l'arrivée aux manettes du Dr Louis-Eugène Perrier pour que soient mises au point les opérations de captage de l'eau et du gaz, que la proportion entre les deux éléments soit définie, et la ligne d'embouteillage installée. L'on peut enfin emporter avec soi une bouteille d'eau, qui ne s'appellera Perrier qu'en 1906. Hommage de l'investisseur à l'entrepreneur, car, à l'époque, les actionnaires de l'entreprise sont anglais, et l'essentiel de la production (7,5 millions de bouteilles en 1907) part directement à Londres et un peu à New York...

En 1933, la source est déclarée d'intérêt public. La conquête du marché français est en marche. Et ce d'autant plus que « le champagne des eaux de table » se met à la publicité. Et pas n'importe laquelle : Carco, Mac Orlan, Colette... y vont de leurs « souvenirs » ou « variations ». Petits textes qui paraissent dans la presse, illustrés par Moreau, Dubout, Dignimont, Eiffel... La célèbre Perrier Girl apparaît dans la foulée, dessinée par Domergue, « vive et pétillante » en toutes circonstances, comme il se doit.

« L'eau qui fait pschitt »

EN DATES

  • 1863 Signature du décret pour l'exploitation de la source à Vergèze (Gard).
  • 1947 Source Perrier SA est cédée à Gustave Leven
  • 1992 Nestlé acquiert

Source Perrier SA 2013 Perrier fête ses 150 ans

Mais la guerre est déjà là. Contrôlée par des capitaux britanniques, Perrier est réquisitionnée par les Allemands pour le ravitaillement de leur marine. À la Libération, les Britanniques éprouvent toutes les peines du monde pour faire repartir l'entreprise. Elle est cédée en 1947 à Gustave Leven, un jeune agent de change bien décidé à la moderniser, aussi bien sur le plan industriel que publicitaire. Cette dernière mission étant confiée à Jean Davray qui inventera « Perrier, l'eau qui fait pschitt », et qui recrutera les plus grands affichistes de l'époque pour l'illustrer.

Dès 1950, les ventes annuelles atteignent 131 millions de bouteilles, dont plus de 100 destinées à la France. Au cours des années 50 et 60, les initiatives industrielles et commerciales se succèdent, et Jean Davray fait appel aux plus grands réalisateurs (Lautner, Reichenbach...), dessinateurs (Forest) et autres artistes, dont Salvador Dali, pour accompagner le développement de la marque.

En 1970, Jean Davray, toujours lui, invente « Perrier, c'est fou ! ». Peu après, c'est en tant que cinquième groupe agroalimentaire français que Perrier part à la conquête de l'Amérique, avec le concours d'Orson Welles qui prête sa voix à la marque, avant qu'Andy Warhol, en 1983, ne réalise ses sérigraphies, véritable ballet pop art... En 1992, Perrier intègre le groupe Nestlé et poursuit son développement jusqu'à passer l'an dernier, pour son 150e anniversaire, le cap du milliard de bouteilles. Pour l'occasion, la marque est parvenue à ressusciter Andy Warhol, auteur de l'édition limitée « 150 ans ». Fou !

EN CHIFFRES

  • 1 milliard Le nombre de bouteilles produites en 2013 à Vergèze
  • 50% La part de la production exportée
  • 1 000 L'effectif sur le site gardois
  • 140 Le nombre de pays où la marque est présente

Source : Nestlé Waters

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1HSB2014

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA