Épicerie Le rayon attire même les néophytes

|

Plus d'un rayon de l'épicerie rêverait de connaître de tels taux de croissance. Plus de 10 % de progression en 2006 et un marché qui a triplé en moins de dix ans, pour s'établir à 242 millions d'euros, selon Iri. Des chiffres qui aiguisent les appétits. Les distributeurs renforcent leurs propres marques qui pèsent déjà 15 % du marché, et le leader des substituts de repas, Nutrition et Santé, repositionne sa marque Céréal sur le créneau du biologique. Ne manquent plus que les grands groupes encore absents sur l'épicerie bio. « Danone a bien lancé sa marque de produits laitiers Les 2 Vaches, mais ce n'est pas intéressant pour eux, affirme Christophe Barnouin, PDG du leader Distriborg, le bio est antinomique au mass-market, les productions sont limitées et contingentées. » Avec sa marque Bjorg, Distriborg pèse 90 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2006, également réparti entre la GMS et les magasins spécialisés.

 

Répondre à de vrais besoins

L'absence de gros acteur n'empêche pas le segment d'être innovant. Au contraire. Les professionnels ne se focalisent pas sur les bobos verts amateurs de lait de soja. Leur cible ressemble davantage à la classique ménagère de moins de 50 ans. Et, pour la séduire, ils doivent proposer une réelle alternative aux produits bien connus de l'épicerie. De la mayonnaise au soja plus légère, des céréales cuisinées en sachets souples ou des galettes de soja à cuire à la poêle... Les industriels savent que, pour que les consommateurs passent la barrière du prix - plus élevé dans le bio -, il faut que les produits répondent à de vrais besoins. « Nos concurrents sont autant les acteurs du bio que les Tipiak et autres Vivien Paille », assure Sylvie Martinel, responsable des segments bio chez Nutrition et Santé. Le groupe, leader avec Gerlinéa sur les compléments alimentaires, joue à fond la carte du bio. Il a rebaptisé, en début d'année, sa marque Céréal en Céréal Bio, et lance toute une gamme de produits salés, principalement des graines cuisinées. « Ce rayon était jugé vieillot et méconnu par les consommateurs », assure Antoine Barcat, directeur marketing de Céréal Bio. Avec 10 % de croissance par an, il ne devrait pas le rester longtemps.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1996

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous