Eroski rachète Caprabo et talonne Carrefour en Espagne

|

C'est finalement le distributeur d'origine basque Eroski, allié d'Intermarché à l'international dans Alidis, qui rachète le catalan Caprabo. Un ensemble de 8,6 milliards d'euros pour 2 348 magasins qui vient bousculer Carrefour.

0606_Caprabo

Malgré une alliance de circonstance avec le groupe El Arbol, Carrefour n'aura pas empêché Eroski de racheter le groupe de distribution d'origine catalane, Caprabo. Le quotidien économique espagnol Expansion a en effet révélé que le rachat de 75 % du capital de Caprabo avait été signé hier mardi 5 juin (ce que confirme ce matin le groupe Eroski sur son site).

Les deux actionnaires en place, les familles fondatrices, Carbo, Botet et Elias, qui détenaient 80 % du capital et la banque Caixa (20 %), ont gardé 25 % de l'entreprise. Mais Eroski y a mis le prix. Selon l'Expansion qui cite des sources proches du dossier, le groupe aurait déboursé 1,3 milliard d'euros pour acquérir les trois quarts du capital d'une chaîne de 2,2 Mrds E de CA (2006) et de 500 supermarchés qui sort d'une lourde restructuration, soit la fourchette haute des estimations avancées par les experts.

Reste que cette acquisition ouvre toutes grandes les portes de deux régions clés en Espagne, la Catalogne où le groupe d'origine basque Eroski ne comptait que cinq hypermarchés et aucun supermarché (quand Caprabo y revendique 15,5 % de parts de marché) et la zone de Madrid, où il était également faible. « Cette opération fait faire un pas de géant au groupe Eroski en Catalogne et à Madrid », se félicite d'ailleurs dans un communiqué la filiale de la très puissante et très dynamique coopérative Mondragon Corporacion (également maison mère du groupe électroménager Fagor-Brandt). Eroski précisant même que sur ces marchés où Caprabo détenait un fort leadership, il comptait garder l'enseigne. « Elle nous permet d'atteindre aussi une position de leader sur le segment des supermarchés de proximité », ajoute Eroski qui revendique 1 620 magasins dans ce secteur.

Le nouvel ensemble se pose aussi en concurrent de taille pour Carrefour qui, avec 9 milliards d'euros de chiffre d'affaires hors taxe réalisés en Espagne en 2006, ne conserve désormais qu'une courte tête d'avance (400 millions d'euros) sur Eroski, tout en étant déjà largement devancé par le groupe d'origine valencienne, Mercadona, numéro un de la distribution alimentaire en Espagne, avec près de 11 milliards d'euros de CA réalisés uniquement dans le food.

Enfin, cette acquisition renforce encore un peu plus l'alliance internationale à l'achat, Alidis, formalisée en 2005 entre Eroski et Intermarché, rejoints par le géant allemand Edeka.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message