Marchés

Erreurs de prix : la CLCV interpelle la grande distribution et les pouvoirs publics

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

D’après les relevés de prix opérés par l’association de consommateurs sur 28 produits alimentaires à marques nationales les prix ont augmenté de 2,2% entre avril 2011 et avril 2012. Les supermarchés généreraient la plus forte inflation (+5%), comparativement aux hypermarchés (+1,4%). La CLCV profite de cette enquête pour appeler les pouvoirs publics à plus de vigilence sur les erreurs de prix.  

Attention à la hausse des prix ! C’est l’appel que lance l’association de consommateurs CLCV (Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie) à l’attention des pouvoirs publics. Dans un contexte «où il est essentiel d’éviter tout dérapage des prix de l’alimentation qui pèse lourd dans le budget des ménages les plus modestes ».
L’association a en effet procédé à des relevés de prix sur 28 produits alimentaires de marques nationales qui « montrent une augmentation annuelle des prix de 2,2% entre avril 2011 et avril 2012. L’augmentation des prix alimentaires se poursuit donc, même si son rythme semble ralentir (+0.4% au cours du dernier trimestre contre +1.8% au trimestre précédent)".

Les distributeurs vers plus de transparence

D’après l’enquête « les supermarchés ont connu une inflation plus marquée que les hypermarchés (+5,0% contre +1,4%). En un an, le prix du café a bondi de +12 à + 17% selon les références ». L’Insee prévoyant pour 2012 un recul historique du pouvoir d’achat des consommateurs, la CLCV en appelle à une plus grande transparence sur la formation des prix.
Certes « un premier pas dans ce sens a été réalisé par la fédération du commerce et de la distribution qui a communiqué cette semaine ses marges nettes. Néanmoins, ces chiffres doivent encore faire l’objet d’une analyse approfondie et d’un débat contradictoire au sein de l’observatoire des prix et des marges qui devra, si nécessaire, s’adjoindre une expertise en matière de normes comptables pour évaluer la fiabilité de ces données ».

Stimuler la concurrence

Par ailleurs « Intermarché et Leclerc, deux poids lourds de la grande distribution, ainsi que l’ensemble des professionnels de l’industrie agroalimentaire doivent encore communiquer leurs chiffres. Ces données permettront de suivre l’évolution au cours du temps des marges de chacun des acteurs ».
La CLCV appelle donc les pouvoirs publics à stimuler la concurrence dans la grande distribution. « On estime que les enseignes sont en position dominante dans près de 50 % des zones de chalandise et l’Autorité de la concurrence a, dans des avis récents, pointé les freins qui limitent la concurrence au niveau local. Un tel contexte est évidemment défavorable aux consommateurs ».

La CLCV appelle l'état à sévir sur les erreurs d'étiquetage

Ultime bataille, « nous appelons au maintien d’une TVA réduite sur les produits alimentaires et à un renforcement des sanctions relatives aux non conformités fréquemment relevées en matière d’étiquetage des prix alimentaires en grande distribution ».
Plus précisément « les résultats des contrôles que vient de publier la répression des fraudes montrent que les non conformités existent dans plus d’un magasin sur deux. 60% de ces « anomalies » sont défavorables aux consommateurs qui paient plus que ce qui est indiqué en rayon » commente le communiqué de la CLCV.

Plus encore, «Ce résultat nous incite à penser que les erreurs ne sont pas seules en cause mais que, dans un certain nombre de cas, c’est délibérément que l’on facture aux consommateurs un prix supérieur. Face à ces pratiques, nous appelons les pouvoirs publics à sévir par exemple en publiant les résultats par enseigne de ces contrôles ».
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA