Essity (Lotus) répond aux accusations de Greenpeace

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Suite à la publication hier d’un rapport de Greenpeace accusant Essity (Lotus, Nana, Tena) et ses fournisseurs de détruire les forêts du Grand Nord, le groupe suédois assure qu’il promeut une sylviculture responsable.

Une militante Greenpeace Suède interpellant Lotus sur la destruction des forêts scandinaves.
Une militante Greenpeace Suède interpellant Lotus sur la destruction des forêts scandinaves.© Jan Stahl / Greenpeace

Hier, Greenpeace publiait un rapport détaillé pointant une mauvaise gestion des forêts du Grand Nord qui menace la biodiversité mais aussi la survie des populations autochtones, en particulier les Sames. C’est d’abord l’industrie forestière et papetière qui est dans le viseur de l’organisation non gouvernementale (ONG) et plus spécifiquement : le finlandais Metsähallitus et ses fournisseurs (Stora Enso, Metsä Fibre) ; le russe APPM et surtout le suédois SCA. Greenpeace accuse aussi Essity, l’entreprise créé en début d’année qui regroupe les marques d’hygiène de SCA, de ne pas être regardant quant aux choix de ses fournisseurs, le principal d’entre eux étant sa société sœur SCA et d’ainsi participer au travers de ses produits et de ses marques à la destruction des forêts boréales. Si Essity manque de notoriété, ces marques sont, elles, très connues et font du groupe le leader de l’hygiène en Europe. En France, la marque phare d’Essity est Lotus (papier toilette et mouchoirs). Citons aussi Nana, Tena, Demak’Up, Okay et les produits professionnels Tork.

La caution des certifications

Aux critiques de Greenpeace, Essity souligne « les efforts par le Groupe afin de promouvoir une sylviculture responsable. Essity utilise des fibres de bois comprenant à la fois des fibres recyclées et des fibres vierges. Toutes les fibres vierges utilisées dans nos produits doivent être certifiées FSC ou PEFC, ou remplir les critères FSC en matière de bois contrôlé. » Essity déclare favoriser « en priorité le système de certification FSC » et encourager « tous ses fournisseurs à obtenir cette certification ». La certification FSC étant reconnue comme plus exigeante que la certification PEFC. Le groupe dit être « engagé dans un dialogue avec Greenpeace concernant le développement d’une sylviculture responsable ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA