Marchés

Etats Généraux de l'Alimentation : les déclarations fortes de cette journée de lancement

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Ministres, syndicats, fédérations, agriculteurs, associations, chercheurs ont pu largement s'exprimer lors de cette journée de lancement des Etats Généraux de l'Alimentation, qui se tenait le 20 juillet à Bercy. LSA vous propose de revenir sur les déclarations fortes.   

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire nourrit comme l'ensemble du gouvernement de grands espoirs dans ces Etats Généraux de l'Alimentation
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire nourrit comme l'ensemble du gouvernement de grands espoirs dans ces Etats Généraux de l'Alimentation

Lucidité, détermination, optimisme. C'est dans cet état d'esprit que le gouvernement entend mener les Etats Généraux de l'Alimentation...Force est de constater qu'il soufflait ce 20 juillet comme un vent d'optimisme dans le Centre de conférences de Bercy. Avec pour tous l'envie d'y croire, de croire en un nouveau modèle qui permette une meilleure répartition de la valeur et aussi et surtout des revenus décents pour les agriculteurs, dont la moitié vit avec moins de 350 euros par mois.

Réflexion collective de 5 mois

Les 5 prochains mois seront à cet égard cruciaux. Les 14 ateliers programmés  de fin août jusqu'à fin novembre ont pour mission d'aboutir, bien au-delà du constat, à des solutions. Emmanuel Macron, qui finalement n'a pu être présent, tout comme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé et Bruno Le Maire, Ministre de l'Economie et des Finances, devrait fin septembre/début octobre donner déjà quelques directions, à quelques semaines de l'ouverture des négociations commerciales. Le bilan complet est prévu pour mi-décembre. "Nous sommes entrés dans une réflexion collective de 5 mois qui a pour objectif d'aboutir à des solutions concrêtes pour l'avenir à court, moyen et long terme", a conclu Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation. 

Retour sur les interventions les plus marquantes de cette première journée 

Edouard Philippe, Premier Ministre 

"La France est une puissance diplomatique, culturelle, mais aussi agricole. Les Etats Généraux de l'Alimentation sont là pour le dire. L'agriculture est un des éléments de notre souverainté nationale. A nous de renforcer cette puissance".  

"Le président Emmanuel Macron et le gouvernement avons la volonté de permettre à chacun de vivre de son travail alors que l'on sait aujourd'hui que nombre d'agriculteurs sont en situation de grande détresse. Nous ne sommes pas sur des solutions court terme mais des solutions pérennes dans le cadre de relations équilibrées. Il ne s'agit pas pour l'Etat de se substituer au marché mais de miser sur l'intelligence collective"

"Le gaspillage alimentaire est l'un des travers les plus détestables de la société de consommation".  

Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation

" Cette journée est le symbole de notre engagement collectif à s'unir pour l'avenir de l'agriculture"

" Nous devons trouver des compromis solides et acceptées par tous pour faire vivre nos modèles agricoles avec l'objectif que tout le monde soit gagnant"

"Fin septembre/début octobre, Emmanuel Macron donnera des premières préconisations en matière de relations commerciales"

"Nous avons l'agriculture la plus belle et la plus performante au monde. L'avenir nécessite une compétitivté retrouvée afin de garantir un revenu décent aux agriculteurs"

"Il ne s'agira pas d'Etats Généraux a minima. Nous concluerons avec un agenda de solutions que nous avons bien l'intention de faire vivre. A un moment donné, il y aura des décisions politiques. Nous trancherons. Nous nous inscrivons dans un temps long".  

Alain Bazot, UFC Que Choisir 

 "Nous nous demandons si les Etats Généraux seront bien ceux de l'alimentation et non pas seulement de l'agriculture et de l'industrie agroalimentaire".  

"Nous espérons que les Etats Généraux de l'Alimentation ne seront pas une vaste opération pour justifier une hausse des prix aux consommateurs"

Robert volut, FICT

"Nous devons davantage regarder vers l'Europe"

"Nous savons que l'une des sources d'une mauvaise alimentation vient des inégalités sociales. Il est dommage que l'éducation nationale ne soit pas présent aujourd'hui". 

Linda Cambon, chercheuse

"Il faut de la qualité nutritionnelle à moindre coût. La question des inégalités sociales dans le domaine de l'alimentation dans un pays de l'OCDE est un scandale"

Florent Guhl, Agence bio 

"Les agriculteurs sont la 2eme profession qui consomment le plus de produits bio après les cadres supérieures"  

Nicolas Chabanne, les Gueules Cassées et C'est qui le patron 

" Cette brique de lait "C'est qui le patron" vendu au juste prix s'est écoulée à 15 millions de litres en 8 mois. Cela prouve qu'il faut remttre le volant dans les mains laisser des consommateurs

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

"La tendance déflationniste est tueuse de paysans. Nous devons répondre en urgence à cette main que tendent les agriculteurs. Il faut sortir du dogme des prix bas. Il faut un double pacte économique et social. Nous avons besoin d'un ensemble de mesures".     

Cécile Belliot-Zind, VP de l'Ania et DG de Danone Eaux France

""Nous cherchons à avoir une attitude positive, à sortir des dogmes et de cette spirale destructrice de marges pour tous les acteurs de la filière. Les industriels agroalimentaires a perdu 5 points de marges sur les dernières années. Nous sommes prêts à repartir sur une dynamique d'innovation en partenariat avec les distributeurs et les agriculteurs"   

Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat à l'économie

"Ni l'immobilisme, ce mal bien français, ni les pratiques d'hier ne permettront de sortir par le haut de la situation actuelle. C'est notre modèle tout entier qu'il faut repenser en lui donnant un nouveau souffle. Nous devons conduire un changement de paradigme pour en inventer un nouveau"  

"Le réequilibrage des relations commerciales passe par une responsabilité individuelle de chacun des acteurs : producteurs, industriels, distributeurs, consommateurs...Cela ne passe pas nécessairement par une refonte du cadre législatif. La loi ne doit pas tout règler. Elle ne doit intervenir qu'en dernier recours "

"Ces Etats Généraux sont l'occasion de partir d'une feuille blanche pour répondre à l'ensemble des défis. Nous privilégions l'intelligence collective"

Jacques Creyssel, FCD 

"Nous faisons aussi le pari de la réussite de ces Etats Généraux. Les marges des distributeurs sont un point historiquement bas (0,8 % soit deux fois moins qu'il y a 5-69 ans). ce qui est insuffisant pour préparer le commerce de demain". 

"Nous sommes prêts à réflechir aux solutions pour une meilleure répartition de la valeur mais à deux conditions : que cela profite réellement aux agricultuerus et que le système de demain soit plus simple qu'aujourd'hui". 

Richard Panquiault, Ilec

"Avec 40 périodes de baisse de prix consécutives, on ne peut pas dire que le rapport de force soit favorable aux industriels. Cela étant dit, nous avons initié un dialogue qui va dans le bon sens".

"Nous parlons beaucoup de création de valeur et c'est bien ! Mais pas assez de ce qui détruit de la valeur, je veux notamment parler de la spirale promotionnelle qui sévit aujourd'hui et qui n'a aucun sens"

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire

"Ce jour est le début de quelque chose d'inattendu et de magnifique. On peut, si on ne reste pas sur nos préjugés, si on ne stigmatise personne, si on additionne nos différences, faire entrer l'agriculture dans le 21ème siècle. Je rêve d'un pacte entre les consommateurs et les paysans"

"On a le choix entre le sursis et le sursaut. Je préfère le sursaut avec l'objectif de redonner une sécurité économique, psychologique et sanitaire aux agriculteurs".  

"La règle d'or du 21ème siècle : associer l'intelligence de l'homme, acquise au fil du temps avec l'intelligence de la nature

"J'ai de fortes attentes vis à vis de ces Etats Généraux car il s'agit derrière d'enclencher une transformation culturelle. Nous avons les moyens de réussir

 

 

 

 

 

 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA