Etats généraux de l'alimentation : Serge Papin se montre optimiste

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Interrogé lors de la journée de débats "Stratégies commerciales" organisée le 4 octobre par LSA, le patron de Système U s'est voulu apaisant sur d'éventuelles hausses de prix redoutées suite aux discussions des Etats généraux de l'alimentation.

Le patron de Système U estime que si les Etats généraux ne servaient à rien, ce serait une "occasion manquée".
Le patron de Système U estime que si les Etats généraux ne servaient à rien, ce serait une "occasion manquée".

Alors que les sept ateliers des Etats généraux de l'alimentation se terminent, Serge Papin, qui a participé à plusieurs d'entre eux, a calmé un peu la polémique déclenchée la semaine dernière par Michel-Edouard Leclerc et l'UFC Que Choisir. Ces derniers pointent une hausse des prix évaluée par le patron des centres Leclerc "entre 5 et 15% sur des milliers de produits". Un Serge Papin, lui, a fait ses calculs. "Sur les 1751 produits alimentaires que nous vendons dans nos magasins, qui représentent 21% du chiffre d'affaires et 10% de nos volumes, si le seuil de revente à perte passait à 10%, cela se traduirait par une hausse des prix de 0,8%". Bien loin donc des chiffres pointés par son éternel rival. Et de poursuivre : "il ne faut pas faire des prix abusivement bas et incompréhensibles. (...). Nous pouvons changer la donne ensemble, pas sur le dos du consommateur bien sûr, mais en répartissant mieux les choses sur la chaîne de valeur".

Le kilo de pommes margé à un euro

Serge Papin aime Jean-Christophe Rufin, Lamartine...et les pommes. On en veut pour preuve l'exemple qu'il a cité devant un parterre d'industriels et de distributeurs. "Aujourd'hui, sur un pot de pâte à tartiner de grande marque vendu 2,50 euros, le distributeur prend une marge de 7 centimes. Sur un kilo de pommes vendu au même prix, la marge atteint 1 euro". Et de conclure : "il faut renverser la construction du prix et revisiter le seuil de revente à perte. Si ces Etats généraux ne servaient à rien, cela serait une occasion manquée".

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA