[Etude] Comment les Français vont-ils se comporter après le déconfinement?

|

BVA a interrogé les Français (du 9 au 14 avril 2020)) pour essayer de comprendre quels seront leurs comportements d'achats après le déconfinement. Chiffres et interview de Dominique Levy-Saragossi, directrice générale adjointe de  BVA Group.   

"L’envie est là : il faut la débloquer. Il va falloir reconsidérer chaque geste du parcours d’achat in-store"
"L’envie est là : il faut la débloquer. Il va falloir reconsidérer chaque geste du parcours d’achat in-store" © 123Rf

 

Dominique Levy-Saragossi, directrice générale adjointe de  BVA Group

«Il va falloir reconsidérer chaque geste du parcours d’achat in-store »  

Quels sont les premiers enseignements de votre étude ?

Nous observons clairement une tension entre le désir et la peur. Les Français veulent, comme avant le Coronavirus, revenir dans les magasins et consommer mais ils s’inquiètent des conditions d’achats. Ils ne demandent qu’à être rassurés. Ils ont le sentiment que tout est risqué. Ce paradoxe se voit par exemple très bien avec les transports en commun. Ils ont à la fois une envie de déplacements et une crainte du déplacement. Et vous pouvez faire la même remarque avec la consommation. Ils ont envie d’acheter mais ont peur, pour l’instant, à la simple idée de retourner dans les magasins ou centres commerciaux. Ils réclament la vie d’avant mais s’en inquiètent. Prenez l’exemple des parfumeries. Les jeunes femmes expriment clairement leur envie d’y retourner. Mais les distributeurs devront résoudre deux problèmes. Le premier est de convaincre que l’on peut entrer de nouveau dans un magasin sans le moindre risque. Le second est de trouver une autre façon de vendre. Car dans la cosmétique, où il faut sentir ou toucher, il faudra proposer et adopter de nouveaux gestes. Le rôle des équipes en magasins sera différent et sera crucial. Plus globalement, la question du libre-service est clairement posée. Des magasins ont déjà réinventé les classiques comptoirs qu’ils posent à l’entrée des points de vente. Mais demain, qu’en sera-t-il dans les surfaces de vente? Il faut trouver comment recréer l’accès au produit. Ce sera en partie le rôle du personnel. Encore une fois, il y a une attente de consommation mais cette attente est latente. L’envie est là : il faut la débloquer. Il va falloir reconsidérer chaque geste du parcours d’achat in-store.  

A quoi faut-il s’attendre lors du déconfinement ?

Les Français ne croient pas au 11 mai. Ils ne croient pas au déconfinement. Ils pensent que le gouvernement veut avant tout les renvoyer au travail. Mais eux, ils attendent avant tout du contact humain. Ils veulent revoir des proches et de la famille. Ils ne vont donc pas comprendre pourquoi les bars et les restaurent restent fermés.                                   

Propos recueillis par Yves Puget

 

D'abord une envie de rencontrer des proches

 

Le transport en commun jugé risqué

 

Ils ne veulent plus toucher les produits en magasins

 

Une urgence... de coiffeurs

 

 

Un besoin d'aller dans un fast food

La cosmétique en question

 

Des jeunes peu réceptifs aux nouveaux compportements

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter