Marchés

Étude : L'avenir n'est pas rose pour le marché du mariage

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le mariage est de moins en moins à la mode. Seulement 243 000 unions ont été recensées en 2010, soit 20 % de moins qu'en 2000. « Cette baisse structurelle, portée par des facteurs à la fois démographiques, socioculturels et législatifs, se conjugue à une mauvaise conjoncture économique. De ce fait, le marché du mariage devrait connaître une période difficile jusqu'en 2012, avant de rebondir en 2013 à 4,5 milliards d'euros », prédit une étude de Xerfi. Un environnement compliqué auquel doivent faire face les spécialistes opérant sur ce marché : les distributeurs de robes de mariée, les wedding planners et les opérateurs de listes comme 1001listes, le pionnier racheté en 2011 par les Galeries Lafayette, ou Lilly Liste, un modèle 100% web lancé en 2010. À charge pour eux de s'adapter, soit en se diversifiant sur des segments annexes, soit en misant sur l'international, soit en misant sur les prix bas comme le font déjà des pure players (mariee-discount.fr). Tout en restant, enfin, à l'affût des nouvelles tendances de consommation comme le déstockage, la location ou la vente d'occasion. « Car la concurrence, déjà forte, va encore s'intensifier avec l'arrivée de nouveaux entrants et de nouveaux services comme les listes universelles ou les cadeaux groupés », prévient Xerfi.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA