Etude : la boîte de conserve se positionne comme un relais de croissance pour le drive

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Une série d'études menées fin 2015 par Kantar et début 2016 par Segments pour l'UPPIA (Union interprofessionnelle pour la promotion des industries de l'appertisé en boîte métallique) et FranceAgriMer auprès d'acheteurs de conserves en drive, montre que la conserve en boîte métallique est un relais de croissance pour le drive.

Les professionnels de la conserve veulent aider les distributeurs à  développer les achats de conserves en drive.
Les professionnels de la conserve veulent aider les distributeurs à développer les achats de conserves en drive. © conserve

Selon une première phase d'étude quantitative menée par Kantar, il existe une vraie complémentarité entre les points de vente (hypermarché/supermarché et drive). Les boîtes métal sont présentes dans quasiment 1 panier drive sur 2 (vs 1 sur 5 en hyper/super). Par ailleurs, la boîte métal est un des marchés qui pèse le plus dans le chiffre d'affaires du drive (3,7 % des dépenses en drive et 4,8 % du total conserves). Néanmoins, les marques nationales boîtes métal ne sont pas assez représentées en drive : dans l'assortiment, une seule marque nationale face à la marque distributeur MDD n'est pas suffisant. Un travail sur la profondeur de gamme avec plus de marques nationales doit donc être mené pour maximiser le recrutement et le chiffre d'affaires.

Créer de l’appétence pour susciter l’achat

"Cette étude va nous permettre de proposer aux distributeurs des axes de travail afin de développer les achats de conserves en drive" explique Jean-Bernard Bonduelle, président de l'UPPIA. La partie qualitative de l'étude montre, en effet, que la majorité des achats de conserves est réalisée en explorant les rayons. D'où l'importance pour les sites Internet des distributeurs de proposer une arborescence claire qui permette de repérer rapidement un produit précis et de réaliser des achats d'impulsion. La mention du format de la boîte (petite, moyenne ou grosse), la présence d'un visuel pour créer de l'appétence et une variété suffisante (deux marques nationales minimum par catégorie) sont des éléments essentiels pour susciter l'achat. Tout comme une bonne mise en avant des conserves dans la catégorie « épicerie », en laissant chaque type de conserve au côté de produits proches (ex : les fruits au sirop avec les compotes). Une attention particulière est à porter aux ruptures de stock qui sont extrêmement pénalisantes puisqu’elles conduisent souvent au renoncement à l'achat.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA