Marchés

Euralis à nouveau pointée du doigt par des gaveurs

|

A la veille des fêtes de fin d’année, des gaveurs dénoncent le leader mondial et l’accusent d’avoir gavé des animaux malades qui auraient pourtant bénéficié ensuite de l’IGP .

Au tribunal, l’affaire avait été classée sans suite.
Au tribunal, l’affaire avait été classée sans suite.© DR

Ce n’est pas une première. Déjà l’année passée, les gaveurs qui attaquent aujourd’hui la firme du Sud-Ouest avaient déposé une plainte similaire contre Euralis. Au tribunal, l’affaire avait été classée sans suite.

Une pratique qui existerait depuis 2001

La nouvelle plainte, déposée début décembre, est cette fois accompagnée d'une constitution de partie civile, a précisé Me Adrien Ville. Les quatre gaveurs, installés dans les Landes et le Gers, accusent la coopérative agricole, à laquelle ils étaient liés par contrat, de leur avoir fourni à partir de 2001 des palmipèdes malades, d'avoir soumis les animaux à des traitements antibiotiques et d'avoir ensuite réintégré les foies dans le circuit de commercialisation, notamment sous l'appellation Indication géographique protégée (IGP).

Au moment où le classement de la première plainte avait été rendu public, en mai 2013, Euralis avait indiqué que "dans le cas où un canard recevait un traitement antibiotique, il perdait son appellation IGP Sud-Ouest" et que "l'administration d'antibiotique restait exceptionnelle".

Euralis est présente en grande distribution via la marque Montfort principalement.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter