Marchés

Euralis : un pôle alimentaire dans le rouge, une stratégie assumée selon Pierre Couderc (DG)

|

Le pôle alimentaire de la coopérative perd en chiffre d’affaires sur l’exercice clos au 31 aout 2013. Le résultat d’une restructuration opérée il y a déjà trois ans, explique le directeur général d'Euralis.

Pierre Couderc explique le recentrage de ses activitéts sur les marques, dans le pôle alimentaire d'Euralis
Pierre Couderc explique le recentrage de ses activitéts sur les marques, dans le pôle alimentaire d'Euralis

Certes, les résultats financiers au global s’améliorent. Le chiffre d’affaires du groupe, qui comprend quatre pôles (semence, agricole, participations et développement, et alimentaire) atteint 1, 54 milliard d’euros avec un résultat net à 2millions d’euros, en augmentation de douze millions d’euros (exercice clos au 31 aout 2013).

Mais en ce qui concerne le pôle alimentaire, créé il y a une dizaine d’années, peut mieux faire…

Un recul de 10 % sur trois ans

Le chiffre d’affaires de l’exercice clos au 31 août 2013 s’élève à 486 millions d’euros (contre 519 millions à l’exercice précédent) soit un recul de 10% sur trois ans. Pour autant, Pierre Couderc, le DG d’Euralis, l’assure « C’est le début du redressement du pôle alimentaire ». Le groupe a en effet opéré un recentrage de ses activités depuis trois ans. Cela est passé par la fermeture de six sites au total. « Nous voulons nous recentrer sur des secteurs stratégiques » justifie le DG.

2013, année noire

"Ce changement de périmètre explique la moitié des pertes de notre chiffre d’affaires.» explique Pierre Couderc. L’autre moitié ? La hausse du cout des matières premières « Il faut se rappeler que 2013 a été une année noire pour de nombreuses filières à cause du prix des aliments ! ».

Ajouter à cela la volonté stratégique de maintenir les marges. Pierre Couderc entend garder le cap « Notre objectif pour le prochain exercice, c’est de redresser le chiffre d’affaires du pôle alimentaire, et d’arriver à l’équilibre d’ici à 2015 ».

Pour y parvenir, un plan d’investissement de 12 millions d’euros a été ventilé sur trois ans – il court jusqu’à fin 2014. cette manne finnancière servira à redessiner les contours de plusieurs sites pour y intégrer l’offre traiteur. Pierre Couderc compte en ooutre s’appuyer sur ses marques pour redresser la situation. Montfort, qui a fait une très belle saison sur le foie gras en GMS en 2013, Rougié, qui fournit du foie gras aux professionnels, poursuit sa croissance en Chine, Qualité Traiteur est un acteur important du rayon traiteur coupe et frais emballé. Enfin Jean Stalaven opère sur le réseau des bouchers charcutiers.

Les activités du pôle alimentaire d’Euralis (486 millions d’euros de chiffre d’affaires au 31 août 2013)

Rougié : leader du foie gras pour les professionnels

Jean Stalaven : salades-traiteur pour le réseaxu des bouchers, traiteurs et charcutiers

Montfort et Qualité traiteur sont des marques dédiées à la grande distribution. Montfort  est numéro 2 du foie gras en GMS au frais, le second fournit les rayons traditionnels et le Frais emballé du traiteur.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter