Exclusif: Denis Moreau nommé directeur commercial alimentaire de Leclerc

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Victimes d’un désaccord stratégique, les deux têtes de la direction commerciale alimentaire du Galec ont posé leur démission cet été à un mois d’intervalle.

Le Galec, la centrale d'achat du groupement, a remanié sa direction commercial alimentaire.
Le Galec, la centrale d'achat du groupement, a remanié sa direction commercial alimentaire.

Selon nos informations, Leclerc annoncera le 1er septembre la nomination de Denis Moreau, adhérent au Plessis-Belleville (Oise) et chef de marché DPH, au poste de directeur commercial alimentaire du Galec, à la place de Jean-Claude Pénicaud, adhérent à Luçon, qui a posé sa démission mi-juin. Malgré nos sollicitations, le groupe Leclerc, qui a confirmé des changements dans l'organigramme, n'a pas souhaité apporter plus de précisions. Derrière cette annonce classique en apparence, il faut comprendre que le Galec a traversé l’été sans direction commerciale alimentaire. Alors qu’il s’agit d’une période clé pour la préparation des négociations… 

Il faut remonter au printemps 2013 pour comprendre l’origine de ce couac. A l’époque, Leclerc est sur le point de se retrouver seul dans sa centrale d’achat Coopernic. De fait, ses ex-alliés Colruyt, Conad, Coop et Rewe publieront en septembre un communiqué pour officialiser la rupture. En attendant, Jean-Claude Pénicaud, directeur alimentaire au Galec, est missionné sur le dossier, en plus de ses fonctions déjà très prenantes. Le directoire du groupe désigne alors un adjoint pour le suppléer dans ses tâches opérationnelles -  principe qui sera calqué dans le non alimentaire. Il s’agit de Philippe Lelaure, adhérent à Saint-Paul de Vence. « Pendant que Pénicaud était sur le dossier Coopernic, tout s’est bien passé », témoigne un proche.

"C’est un bon et c’est une bonne chose qu’il prenne le poste."

Mais à la mi-juin, lors d’un séminaire interne sur les négociations commerciales, un désaccord entre les deux hommes – de caractère – éclate au grand jour, raconte un témoin. Chargés d’animer un atelier d’adhérents, Pénicaud et Lelaure en viennent à se contredire sur des points de stratégie. Passe encore… Mais quand deux adhérents prennent la parole pour soutenir son adjoint, Jean-Claude Pénicaud voit rouge et pose sa démission le week-end même. Philippe Lelaure, qui n’a pas caché ses doutes quant à la pertinence de ce poste d’adjoint, posera la sienne un mois plus tard.

En interne, l’affaire fait grand bruit. Au-delà de la démission de deux poids lourds, elle arrive au moment où se prépare la grande convention de fin septembre, le rendez-vous annuel des négociations qui rassemble plus de 800 personnes à Ivry-sur-Seine, des adhérents jusqu’aux chefs de secteur. Le contexte est d'autant plus tendu cette année que Leclerc se doit de réagir à l'offensive de Casino sur les prix. Ensuite, parce que remplacer Jean-Claude Pénicaud ne sera pas évident. « Denis Moreau est un adhérent charismatique, un type avec la tête sur les épaules, analyse un adhérent. C’est un bon et c’est une bonne chose qu’il prenne le poste. Mais Pénicaud est un super bon, ce sera chaud de prendre sa suite.» Enfin, pourvoir le poste d’adjoint s’annonce plus compliqué que prévu. Déjà critiqué par son prédécesseur, il n’a pas convaincu de son utilité et pourrait même disparaître.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA