Marchés

Exclusif LSA/Iri Les ventes en volumes des PGC en nette baisse au mois de décembre

|

La consommation PGC en HM-SM apparaît en baisse très sensible au cours de ces 5 dernières semaines 2013 qui se terminaient le 29 décembre. L’effet du calendrier, avec Noël et la Saint-Sylvestre tombant un mercredi, expliquent en partie ces performances médiocres. Sur l'année, les volumes de PGC ne gagnent que 0,3 %.

Les rayons frais, les surgelés et les spiritueux ont été durement touché par cette baisse des volumes.
Les rayons frais, les surgelés et les spiritueux ont été durement touché par cette baisse des volumes.

Les cinq dernières semaines de l’année n’ont pas assez très festives pour les PGC. Les volumes affichent en effet sur cette période une nette baisse, à -1.5 %, selon le paneliste IRI.

En cause ? « Ces mauvais résultats s’expliquent au moins pour partie par un effet calendrier » commente Jacques Dupré, directeur insight de IRI. En effet, ces chiffres n’intègrent pas les achats du lundi 30 et du mardi 31 décembre. « Or, la tendance constatée depuis maintenant plusieurs années à effectuer les achats du Réveillon de la Saint Sylvestre s’est confirmée -et même renforcée- sur les derniers jours de 2013 » note-t-il, s’appuyant sur le chiffre d’affaires des PGC qui a bondi de 8 % sur la semaine à cheval entre 2013 et 2014.

Alcools, saumons, foie gras, les rayons festifs en berne

Les produits festifs sont les grandes victimes de cet effet de calendrier.

La baisse des achats se montre en effet très forte sur les spîritueux (-3.5% en volume ur P12) et sur les surgelés (-4.7%) avec notamment les crustacés et les glaces.

A noter aussi une contre-performance sur les produits frais au libre-service (-3.2%). Alors même que des marchés comme le foie-gras et le saumon effectuent 70 % de leurs ventes  pendant cette période… « Là aussi, la semaine du 30 décembre au 5 janvier compensera ces contre-performances apparentes avec une croissance de l’ordre de 30% sur l’ensemble de ces produits festifs achetés un peu à la dernière minute » tempère Jacques Dupré.

Toutefois, des évolutions négatives du rayon DPH donne aussi « le signal d’un durcissement de la situation sur le court terme. » analyse encore Jacques Dupré.

Le format hyper durement touché… pendant les fêtes uniquement

Les hypermarchés s’avèrent nettement plus touchés que les supermarchés par ce report des achats festifs, avec – 2 % en volume sur P12. Sur l’ensemble de l’année, les grands formats restent néanmoins plus dynamiques (0.8%) que les supermarchés .

 

Décembre, troisième plus mauvais mois de l'année

Dernier point, sur l'année 2013, le mois de décembre se révèle être le 3ème plus mauvais mois de l'année après février et avril et les ventes sur 12 mois ne progressent que de 0,3%, avec notamment une chute des surgelés et glaces (- 1,4%), mais de belles "perf" de l'épicerie sucrée (+1,5%) et des bières et cidres (+3,6 %). 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message