Exclusif LSA: Serge Papin (Système U) appelle à une meilleure protection des PME

|
Serge Papin, président de Système U
Serge Papin, président de Système U© Bernard Martinez

Le président de Système U doit profiter de la conférence de LSA consacrée aux négociations commerciales 2013, qui se tient mercredi 3 octobre à Paris, pour demander au gouvernement de lancer « une mission d’évaluation interministérielle des conséquences économiques de la LME pour les PME et les filières agricoles et agro-alimentaires en France ». Le patron du troisième groupement de commerçants indépendants de France, fort de ses 10 points de parts de marché et de ses quelque 800 hyper et supermarchés, pointe du doigt les distorsions entre les pme et les grands groupes. Pour les gommer, il souhaite appeler à « un aménagement de la LME » et pas à une remise en cause. « Une nouvelle loi serait contreproductive pour tout le monde », confie-t-il à LSA.

Les PME premières perdantes

En substance, selon le pdg des Nouveaux Commerçants, la Loi de Modernisation de l’Economie (LME) en stimulant la concurrence, l’a aussi focalisée sur « une guerre des prix » concentrée sur quelques centaines de références de produits de grandes marques internationales. Une guerre financée en grande partie par des compensations sur les produits des PME, ou les produits des filières alimentaires agroalimentaires françaises : Soit en les vendant plus chers qu’ils ne devraient pour reconstituer les marges, « ce qui aboutit à ce que ces produits se vendent moins », soit en les achetant moins cher, ce que fait que ces PME et TPE « doivent encore rogner sur leurs marges. »

Pour "une activité qui profite à tous"

« Dans les deux cas, cela a des conséquences négatives pour les PME et les filières », explique Serge Papin qui, en forçant le trait, estime que « ce sont les haricots de Paimpol qui financent la promotion du Cola d’Atlanta. » Avant de poursuivre : « Les circonstances économiques actuelles doivent nous faire réfléchir à la possibilité d'aménager le texte de la loi, Nous ne pourrons pas nous épargner une réflexion sur ce sujet, si nous voulons que le commerce soit une activité majeure de l'économie Française, et une activité qui profite à tous. Pour cela, nous avons besoin d’un regard objectif et d’une analyse impartiale de la situation. Et de rappeler que  « l'emploi dans les PME, dans les filières, ce sont les emplois de nos clients, ceux qui fréquentent nos magasins et je parle là, toutes enseignes confondues. »

La conférence du 3 octobre pour déterminer le ton

Nul doute que cette prise de position sera examinée de près, alors que du côté des syndicats agricoles et des représentants de l’agroalimentaire français montent des velléités de réforme de la LME. Elle devrait être au cœur des débats de la conférence de LSA qui attend plus de 500 participants et une vingtaine d’intervenants.

1 commentaire

gpeter

01/10/2012 19h24 - gpeter

pour une fois que quelqu'un e la distribution se soucie des PME et TPE auxquelles il est demandé trop souvent par leurs acheteurs l'impossible et même plus !
Messieurs LECLERC, CARREFOUR et autres AUCHAN faites passer ce message!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter