Exclusif Municipales 2014, à lire dans LSA: le vrai pouvoir des maires sur l'immobilier commercial

|

A exactement 17 jours du premier tour des éléctions municipales 2014, LSA s’est intéressé à une part du pouvoir des maires peu souvent explorée : leurs prérogatives sur les projets en immobilier commercial. Les élus ont en effet à leur disposition un arsenal « d’armes légales » pour faire valoir le droit local face aux vues des promoteurs : leur précieuse voix en CDAC en premier chef, mais aussi leur signature sur le permis de construire, leur droit de préemption, leur pouvoir dérogatoire dans l’ouverture dominicale, leur plan local d'urbanisme… Les maires exercent aussi leur droit de regard sur l'architecture qui sera imposée à leur ville. Et ont même parfois, leurs « petites » ou…. grandes idées sur le commerce ! En exergue de l’article à lire aujourd’hui, dans le numéro 2309 de LSA daté du 6 mars 2014, voici 10 définitions – ou autodéfinitions – du pouvoir des maires données par les élus, patrons de foncières et experts en immobilier commercial qui ont participé à notre enquête exclusive.

LSA : comment définiriez-vous le pouvoir du maire sur l’immobilier commercial en une formule ?

«Etre maire c’est prévoir l’avenir à travers le développement urbain, pour les générations futures »
Yves Albarello, maire de Claye-Souilly (Seine-et-Marne).

«Tout projet est avant tout celui d’un maire. Il a le vrai pouvoir sur l’urbanisme commercial »
Eric Ranjard, président d’honneur du Conseil National des Centres Commerciaux

«Le maire est un bâtisseur qui construit son territoire. Son pouvoir, c’est celui de l’aménagement »
Antoine Frey, PDG de Frey

«Le maire est le premier et le meilleur ambassadeur d’un projet »
Bertrand Boullé, président-fondateur du cabinet Mall & Market

«Le maire est le décideur, celui qui crée les conditions. Il a des pouvoirs étendus entre les mains, à lui de savoir s’il veut s’en servir. Tous ne le font pas…»
Matthieu Babinet, directeur du développement d’Apsys

«Le maire doit être une entrepreneur avec une vision claire et une vraie autorité. Il ne doit jamais être entre deux eaux, établir des règles du jeu intelligibles à tous. Et donner sa réponse à la question ‘’Dis-moi quel commerce tu as, je te dirais quelle ville tu es ?’’ » 
Jérôme Le Grelle, président de Convergences-CVL, conseil en immobilier commercial

«Le maire peut positivement user de toute son influence pour un projet. Ou de son pouvoir… de nuisance si nécessaire, quand il y est opposé ! »
Thierry Jean, adjoint au maire de Metz, chargé du Commerce (Moselle).

«Le maire incite, facilite… Mais malgré toute sa bonne volonté, il ne peut se substituer à l’initiative privée ! »
Hervé Chevreau, maire d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

«Le maire est le capitaine du bateau… pour six ans, mais ce n’est pas à lui de ramer. Il donne la direction pour que le projet réussisse. Mais il doit aussi faire confiance au savoir-faire des opérateurs ».
Antoine Nougarède, directeur de l’immobilier commercial d’Icade Promotion

«J'aménage mon espace urbain, ma ville, et sa vie. Comme avec le centre des Quatre Chênes ouvert il y aura bientôt 2 ans en avril, qui a redonné une entrée digne à notre cité, également porte du département, et aussi des emplois à ses habitants »
Monique Delessard, maire de Pontault-Combaul (Seine-et-Marne). 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message