[Experts 2023] Elisabeth Cony : retail, quelle communication en 2023 ?

Pour la huitième année consécutive, LSA a recueilli les projections d’experts du retail et de la grande consommation sur les enjeux de 2023. Ils décrivent un commerce, une industrie et une consommation en pleines transformations. Aujourd'hui, Elisabeth Cony, fondatrice de la société d’études Madame Benchmark.

Partager
[Experts 2023] Elisabeth Cony : retail, quelle communication en 2023 ?

Flambée du coût du papier, expérimentations Oui Pub et injonctions écologiques pèsent sur le poids du media n°1 de la grande distribution : le prospectus diffusé en boites aux lettres.

La digitalisation de la communication est en marche, visible dans les chiffres depuis quelques années et il semble évident que les dépenses en communication boîtes aux lettres vont s’orienter vers la publicité digitale. C’est un enjeu de taille car les dépenses d’imprimés publicitaires étaient mesurées à 2 milliards d’euros en 2021.

Cependant, les économies réalisées ne seront pas toutes réinvesties en publicité car la sobriété va s’appliquer à la communication comme à bien d’autres budgets des entreprises cette année.

D’autres facteurs s’ajoutent à la problématique : les réglementations visant à protéger les données des consommateurs, la fin prochaine des cookies tiers, l’exigence de brand safety des annonceurs…

Aussi les enseignes vont travailler leurs médias propriétaires en priorité : le media magasin pour une meilleure visibilité des offres (PLV physiques, digitales, étiquettes électroniques). Car plus on digitalise en amont, plus on doit rematérialiser les offres en magasin. Ensuite, les sites, applications, pages organiques des réseaux sociaux, canal Wallet feront l’objet d’encore plus d’attention cette année.

Enfin, les médias locaux historiques et digitaux offrant une bonne capacité de reach sur les zones de chalandises seront valorisés.

Les médias historiques à couverture nationale seront l’apanage des enseignes les plus fortunées qui y trouveront de quoi ancrer leur statut et leur positionnement avec des messages plus pérennes.

Ensuite, la situation diffère pour un peu moins de la moitié des enseignes qui n’utilise pas l’imprimé publicitaire : elles continueront à investir pour certaines le courrier adressé (1 milliard d’euros de dépenses en 2021), bénéficiant d’un canal boites aux lettres moins encombré qu’auparavant. C’est le choix historique des circuits beauté, optique-audition, grands magasins et un media aussi utilisé en surpression avec des campagnes plus qualitatives auprès des clients VIP encartés.

SMS, emails et notifications joueront aussi leur rôle dans la limite d’une pression commerciale acceptable pour les clients et prospects. Ainsi, les compétences CRM et data seront prépondérantes dans l’organigramme des décideurs de la communication 2023.

On devra y adjoindre une dimension RSE pour piloter à la baisse les impacts délétères de la publicité qui comptent dans les bilans carbone des entreprises tout autant que la mesures des méfaits sur la biodiversité. Et là, la bonne nouvelle, c’est que les acteurs du monde de la communication ont fortement progressé depuis 1 an et des outils existent, tant au niveau de chaque media ou presque que pour des approches de mesure et pilotage de campagnes multi-supports.

Le débat entre les pour et les contre le prospectus physique et les pour et les contre l’utilisation du papier devient dans le contexte un peu futile car aucun retailer est mono-support publicitaire et que les approches tant en termes d’efficacité publicitaire que de RSE se rejoignent autour d’une exigeante approche globale : comment mixer mass media très économique en termes de coût/contact et media plus ciblés voire personnalisés pour booster la sélection de la promotion alimentaire de la semaine, les projets de bricolage ou de jardinage ou les nouvelles collections textiles ou meubles-HighTech/décoration avec le moindre impact écologique ?

A propos de l'autrice :
Elisabeth Cony est fondatrice de la société d’études Madame Benchmark qui fournit depuis 5 ans la veille de la communication des 100 premières enseignes en France. Nourrie par un parc de clients prestigieux et un réseau de partenaires experts, la prestation a vocation à faire gagner du temps et de la pertinence aux décideurs marketing du retail et à leurs prestataires. Madame Benchmark est membre de 1% for the Planet France.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

Harry Hope

Comptable Mid-Level (H/F)

Harry Hope - 03/02/2023 - CDI - Thionville

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

ZESTIA

ZESTIA

L’immobilier comme vous ne l’avez jamais vécu.

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS