Expo-dispo, le site e-commerce qui revend fins de séries et modèles d’exposition

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Toute nouvelle dans le milieu du e-commerce, Expo-dispo est une start-up française qui revend les fins de séries et les modèles d’exposition à prix cassés. A la tête de cette bonne idée, Frédérick Baby-Marinpouy, un jeune entrepreneur âgé d’à peine 21 ans. 

Sur Expo-dispo, les objets sont vendus avec des remises allant de -30 à -75%. "Des prix toujours inférieurs à ceux de nos concurrents comme Amazon", assure le jeune entrepreneur.
Sur Expo-dispo, les objets sont vendus avec des remises allant de -30 à -75%. "Des prix toujours inférieurs à ceux de nos concurrents comme Amazon", assure le jeune entrepreneur.© Frederick Baby-Marinpouy

A tout juste 21 ans, Frédérick Baby-Marinpouy est à la tête d’une start-up promise à un bel avenir. Le principe est simple, Expo-dispo, la plateforme d’e-commerce qu’il met sur pied depuis 2 ans, permet d’acheter des modèles d’exposition ou des fins de séries à des prix défiant toute concurrence. Le site fonctionne sur un modèle simple. Sans stock ni trésorerie, Frédérick Baby-Marinpouy démarche les enseignes qui lui confient leurs invendus et modèles d’exposition après accord du siège national. Sur Expo-dispo, 90% des modèles sont des invendus et 10% sont des modèles d’exposition, mais sans défauts. Les objets sont ensuite disponibles sur le site e-commerce avec des remises allant de -30 à -75%. "Des prix toujours inférieurs à ceux de nos concurrents comme Amazon", assure le jeune entrepreneur. Le client paye le produit, Expo-dispo récupère une marge de minimum 10% et le détaillant le solde.

Des produits à des prix toujours inférieurs à ceux de la concurrence

Frédérick Baby-Marinpouy voit aussi de nombreux avantages pour le client dans le système Expo-dispo. Il achète des objets au prix le moins cher possible "et toujours sous garantie constructeur contrairement à ce qui peut se vendre sur le Bon Coin", affirme-t-il. Le magasin, à qui l’opération "ne coûte rien, se débarrasse de produits encombrants". Le système mis en place fonctionne à flux tendu. "On fournit aux magasins et enseignes les paquets et les étiquettes d’envoi, notre transporteur se charge ensuite de récupérer les colis et de livrer dans la France entière", précise le fondateur du site. Les clients peuvent aussi payer moins cher en allant eux-mêmes récupérer leurs achats dans les magasins…

Expo-dispo : deux ans de travail en amont

L’idée lui est venue alors qu’il était au Canada à la recherche d’un ordinateur à un prix raisonnable, "les modèles d’exposition étaient 200 euros moins cher, ce qui n’est pas négligeable quand on est étudiant". Etudiant à l’école d’ingénieur EPF Sceaux, Frédérick Baby-Marinpouy a le statut d’élève entrepreneur, il réalise ses stages au sein de son entreprise basée à Marcoussis dans l’Essonne (91). Pendant deux ans, le site est créé avec l’aide d’un développeur, de deux stagiaires spécialisés en design et d’informaticiens. Au total seulement 5 ou 6 personnes ont travaillé sur Expo-dispo.fr. Le plus délicat finalement : le démarchage "au culot et à l’audace surtout" des grandes enseignes et des magasins pour les convaincre de lui faire confiance.

Un avenir au beau fixe pour Expo-dispo

Ouvert depuis avril 2015, le site Expo-dispo fonctionne très bien, Frédérick Baby-Marinpouy assure avoir vendu pour certains produits "plus que les enseignes à qui ils appartenaient". Le produit phare de l’été a été la lunette Ray-Ban, alors que l’électroménager, le multimédia et le champagne fonctionnent aussi très bien sur sa clientèle essentiellement constituée de 18-40 ans actifs sur Internet.  Un avenir au beau fixe pour Expo-dispo qui souhaite cibler plus précisément les étudiants, et se développer d’ici 1 an à 18 mois en Europe, notamment en Belgique où le site "pourra être concurrentiel". Fonctionnant depuis le début sur fonds propres, Expo-dispo procèdera à une levée de fond par crowdfunding d’ici la fin de l’année 2015. Côté objectif, Frédérick Baby-Marinpouy espère avoir réalisé 20 à 25 000 € de chiffre d’affaires en octobre 2015, depuis le lancement du site, ce qui, reconnait-il, est "un objectif assez important"

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA