Marketing : Facebook modifie sa politique de vente de données

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe, pointé du doigt dans l'affaire Cambridge Analytica, ne veut plus commercialiser les informations des agrégateurs de données tierces, dont il ne peut vérifier si elles ont été collectées avec l'accord des internautes.

Facebook ne va plus vendre de données issues d'agrégateurs third parties.
Facebook ne va plus vendre de données issues d'agrégateurs third parties.

Facebook va cesser de vendre des données tous azimuts aux entreprises qui achètent de la publicité sur le réseau social pour mieux cibler leurs campagnes. Aujourd'hui, ces sociétés (qui sont souvent des marchands ou des marques) peuvent utiliser trois catégories d'informations pour améliorer ce ciblage :

  • leurs données propres issues notamment de leur CRM
  • les données collectées par Facebook sur l'activité des utilisateurs du réseau social (avec leur accord)
  • les données d'agrégateurs comme Experian ou Acxiom, qui collectent et commercialisent des data tierces (également appellées data third party) ne provenant ni de Facebook ni des publicitaires. Le géant du net agrège ces informations avec ses propres data et revend le tout aux marchands et aux marques. Le réseau social reverse une partie des bénéfices tiré de ces ventes aux agrégateurs.

C'est cette dernière catégorie de données que Facebook va cesser de commercialiser, indique dans un communiqué Graham Mudd, directeur du marketing produit de la multinationale. Une décision prise par le géant du net car il ne peut pas être certain à 100% que ces informations ont été collectées avec l'accord des internautes. Facebook estime que les profits tirés de cette activité sont trop faibles comparé au risque qu'il prend en exploitant des données dont il ne maitrise pas totalement la provenance. Le groupe a été pointé du doigt mi-mars car il a laissé la société d'analyse de données Cambridge Analytica, qui a aidé à faire élire Donald Trump, collecter les data Facebook de 50 millions d'utilisateurs sans avoir leur autorisation.

Cette récente décision de la multinationale n'aurait pas empêché Cambridge Analytica de récolter ces informations, mais montre plus largement que Facebook essaye de remettre au carré sa politique d'exploitation des données personnelles des internautes.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA